• LE VOYAGE D'ARTHUR LIENART EN CHINE (11)


    Le 7 décembre 1922


    A six heures du matin, je suis sur pied. Le bateau se repose sur ses ancres à la sortie du Grand Lac Amer (1). Il est à l'arrêt depuis deux heures du matin. Ce passage qu'il doit effectuer à travers le Petit Lac Amer (2) est trop dangereux la nuit. 



    11. Le 7 décembre 1922











    Un phare sur le Grand Lac Amer.



    Les deux congénères Cordillère de Marseille et Mazédonia de Liverpool se reposent également à quelque distance aux abords des feux rouges et verts commandant l'entrée du chenal navigable.



    11. Le 7 décembre 1922












    Le S.S. Cordillière qui accompagna le Fiume lors du passage du canal de Suez.



    L'ancre est levée aussitôt et le bateau continue son chemin et se trouve bientôt dans le dernier tronçon du canal.



    11. Le 7 décembre 1922











    Le Canal de Suez en terre désertique...



    Le chemin de fer longe de nouveau le canal et nous passons devant plusieurs haltes du côté africain. Un peu de verdure près de la côté, des palmiers, des tentes et quelques baraquements, avec des enclos autour, où sont tenus en laisse des chameaux.


    11. Le 7 décembre 1922















    Le Canal de Suez - l'entrée dans les Lacs Amers.


    Du côté asiatique, rien que du sable à perte de vue. C'est le désert qui confine avec la Palestine. Nous sommes trop éloignés (quelques 400 à 500 km) pour pouvoir apercevoir quoi que ce soit. Néanmoins nous sommes à  proximité de la contrée où Notre Seigneur est né et où il est mort pour la rédemption du monde. Cette contrée, en un mot à jamais mémorable qu'il a parcouru même petit enfant lors de la fuite de la Sainte Famille en Egypte. Cette proximité vous saisit d'une saisissante et sainte émotion. L'oeuvre de Dieu est incomparable. Passer si près et ne pouvant pas visiter ces saints lieux. Cependant, qui sait ?



    11. Le 7 décembre 1922














    Pendant que je réfléchis aux mystères de notre sainte religion, le bateau, lui ne s'arrête pas et Suez est en vue. Nous passons à plusieurs kilomètres mais on aperçoit nettement la ville de construction orientale moderne. Aux abords de la ville se trouvent les énormes tanks à pétrole et presque aussitôt, nous passons devant la gare maritime de Suez, qui est Portewitz (3), relié à Suez par une digue-promenade.


    11. Le 7 décembre 1922















    Port Tewlik et la digue-promenade décrite par Arthur.


    Il n'y a pas de quai. Les navires jettent l'ancre en rade. Le nôtre va se fixer à l'extrémité de la rade à l'entrée de la mer Rouge (qui est bien bleue au contraire).  Quelques marchandises sont à décharger : le matériel des projecteurs, le courrier postal et le pilote. Quelques passagers de troisième classe montent à bord. Arrivés à 10 heures. L'ancre est levée vers midi et immédiatement après, nous voguons à toute vapeur vers le but. Il y a trop peu de temps pour songer d'aller à terre. Le bateau s'engage sur la mer rouge rendue célèbre jadis par le passage de Moïse et de Josué sur l'ordre de Dieu. Les eaux se séparèrent et livrèrent passage puis après se refermèrent engloutissant l'armée de Pharaon, dont les restes gisent encore au fond de cette même mer que je traverse en ce moment. Que les desseins de Dieu sont impénétrables !


    Au fur et à mesure qu'on avance, on continue à apercevoir les deux rives. Du côté africain, c'est une haute montagne rocailleuse recouverte de sable et nue de toute végétation. Le côté asiatique, c'est le désert, le sable qui vient se confondre avec le niveau de la mer. Celle-ci est calme, le vent modéré et assez frais, cependant qu'au soleil, il fait chaud. Le baromètre qui oscillait sur variable tend à se remettre sur beau.


    Vers 4 heures, une chaîne de montagnes apparaît. Ce sont les montagnes de la presqu'île Sinaï.  Le mont Sinaï sur lequel Dieu appela Moïse et lui donna sa loi ne sera pas visible. Nous le passons pendant la nuit. Plusieurs navires faisant route vers l'Europe nous croisent. Le navire français le 'Cordillère' qui a franchi le canal de Suez à notre suite nous dépasse vers 4 ½ heures du soir. Il est beaucoup plus rapide que le nôtre. Il est venu jeter l'ancre en rade de Suez à côté du nôtre. Il fait route pour le Japon et a à bord plusieurs soeurs missionnaires franciscaines. Ce sont des signes d'adieu au passage du navire entre les soeurs du même ordre. Elles se sont vues à Port-Saïd où les deux navires étaient dans le port ensemble. Soudain retentissent deux coups stridents de la sirène. C'est le "Fiume", notre bateau qui salue au passage le "Cordillière".  Aussitôt, celui-ci y répond, et bientôt, sous l'action de ses puissantes machines, celui-ci se presse vers la ligne d'horizon. Le crépuscule tombe. Un phare apparaît sur la côte africaine. Vers 10 heures, un autre phare est en vue. Je me couche ensuite. La mer est calme et la lune lance ses reflets argentés sur les flots.

     

    _________________________________


    Notes


    (1) Le Grand Lac Amer (en arabe البحيرة المرة الكبرى : al-Buhayrah al-Murra al-Kubra) est un lac d'eau salée située entre les parties nord et sud du Canal de Suez, en Egypte. De l'eau de mer en provenance de la mer Méditerranée et de la mer Rouge s'écoule librement dans ce lac. Elle remplace ainsi l'eau perdue par évaporation. Ce lac agit comme une sorte de butoir pour le Canal, en réduisant l'effet des courants marins. 


    11. Le 7 décembre 1922













    Le Grand Lac Amer (source : photo de la Nasa - 17 juin 2002)


    (2) Le Petit Lac Amer (en arabe البحيرة المرة الصغرى : al-Buhayrah al-Murra as-Sughra) est contigu au Grand Lac Amer. Ensemble, ces deux lacs ont une superficie d'environ 250 km2.


    11. Le 7 décembre 1922





















    Le canal de Suez vu par satellite - photo de la Nasa (30-01-2001)


    1 : Mer Méditerranée

    2 : Grand Lac Amer

    3 : Petit Lac Amer

    4 : Golfe de Suez

    5 : Sinaï (Egypte)

    6 : Egypte


    (3) Arthur fait une petite erreur : il s'agit de PORT-TEWIK ou BUR TAWFIQ. C'est un port proche de Suez à l'extrémité sud du canal de Suez. Il est nommé ainsi d'après Tawfiq Pasha (1852-1892), qui fut le Khédive d'Egypte de 1879 à 1892. Le Khédive est le vice-roi d'Egypte.


    11. Le 7 décembre 1922














    Tawfiq Pasha


    votre commentaire