• 1. Les deux chemins (1936)

    VIEUX PAPIERS DE MEMOIRE (1)

     

    CHANTS ET DECLAMATIONS


    LES DEUX CHEMINS

     

     

    Mémoire d'école primaire... Touchante mémoire...


    Il fallait que je retrouve un cahier d'école de Maman... Elle conservait tout ce qu'elle pouvait.


    Ainsi donc, j'ai découvert son cahier de chants et de déclamations. Elle était alors en quatrième primaire à l'école catholique de Floreffe.


     

    1. Les deux chemins (1936)


    Je vous fais découvrir la première page de ce petit cahier. Elle est datée du 8 septembre 1936. Le petit poème nous montre qu'à l'époque, poésie et morale faisaient bon ménage.


    Ne vous étonnez pas non plus de voir apparaître le sigle J-M-J sous la date... Non, ce ne sont pas les initiales du nom de Maman. Il doit s'agir des initiales de Jésus-Marie-Joseph. Nous sommes dans une école catholique et les institutrices sont des religieuses. 


    Bravo, Maman ! Tu le méritais ton TBien !

      

    1. Les deux chemins (1936)




    Le 8-9-36.

    J-M-J

                                                                  Les deux chemins

     

                                                       Un enfant, au bout d'une route,

                                                       Trouva tout à coup deux chemins.

                                                        Il s'arrêta, rempli de doute,

                                                        Roulant son chapeau dans ses mains.


                                                        _______________

     

                                                        Fallait-il prendre à gauche, à droite,

                                                        Ou bien rester là jusqu'au soir ?

                                                        Sur un arbre, une planche étroite

                                                        Portait une inscription en noir.


                                                        _______________


                                                        Mais l'enfant ne savait pas lire.

                                                        Il eut beau se gratter le nez,

                                                        La planchette ne put lui dire :

                                                        "C'est par ici, petit, venez !".


                                                        _______________


                                                        Si tu veux connaître ta route,

                                                        Mon petit, quand tu seras grand,

                                                        Instruis-toi bien, car il en coûte

                                                        De passer pour un ignorant.


                                                         _______________

      


  • Commentaires

    1
    Arkypiam
    Dimanche 30 Septembre 2012 à 23:48

    Avant la morale, il manque deux strophes

    Par bonheur une paysanne 

    Vint, et le tiras d'embarras

    "Suis bien mon âne

    Et jamais tu ne te perdras.

     

    Le jeune enfant baissa la tête

    Et contre lui-même il boudait

    D'être conduit par une bête

    Et d'être plus sot qu'un baudet

    2
    Jean-de-Floreffe Profil de Jean-de-Floreffe
    Lundi 1er Octobre 2012 à 03:46

    Merci pour cette précision.

    3
    Arkypiam
    Lundi 1er Octobre 2012 à 10:29

    Je l'avais appris en 1957, ici au Gabon où j'habite. Mais j'en ai complètement oublié l'auteur et, malgré mes recherches sur internet, je n'ai rien trouvé.

    4
    koko F
    Dimanche 7 Avril 2013 à 19:21

    Moi j'ai apris ce poeme dans les années 1980, donc un peu plus jeune que vous. Je pense que c'est Alphonse DAUDET l'auteur, d'après mes souvenirs

    5
    hamma madi
    Jeudi 12 Septembre 2013 à 11:02

    je l'ai appris en 1969 chez notre regretté maitre mr Hammad.

     

     

     

    6
    Véro
    Mardi 11 Mars 2014 à 19:50

    Papa, né en 1917, l'avait appris, petit, à l'école, et nous la récitait régulièrement.  C'est resté dans les souvenirs de la famille.  Mais il nous manquait une phrase.  Je suis contente de l'avoir retrouvée.  Merci.


    Petite ajoute, je crois : ... embarras.  Elle lui dit : "Suis bien...


    JMJ voulait bien dire Jésus, Marie, Joseph.  Il y avait aussi AMDG, Ad maiorem Dei gloriam, si j'ai bonne souvenance!  Souvenirs...

    7
    Lundi 24 Mars 2014 à 17:00

    Merci Véro. Le "Elle lui dit" colle parfaitement et rétablit le vers de 8 pieds.

    On peut dire merci à Jean de l'avoir publié un jour.

    C'est moi qui signait Arkypiam

     

    8
    MOLA
    Mercredi 7 Mai 2014 à 04:35
    Je l'avais appris en 1998 au Congo Kinshasa
    9
    Mercredi 7 Mai 2014 à 08:57

    Le cercle s'agrandit

    10
    Ruphine
    Vendredi 4 Juillet 2014 à 18:26
    Merci a tous je l'avais appris en 1987 par Mr EVOUNA alors que je faisais CM2 a l'Ecole petit Joss au Cameroun.
    11
    clou80
    Mercredi 11 Février 2015 à 17:31

    merci pour cette récitation je l'avais apprise dans les années 60 et je ne me souvenais que de "fallait-il prendre à droite ...." et je pense aussi que c'es A.Daudet. Merci

    12
    Mercredi 11 Février 2015 à 21:52

    Ce qui m'étonne s'est qu'on ne retrouve rien sur le net.

     

    13
    Mercredi 11 Février 2015 à 22:48

    Bonjour Jean

    Voici le suite de nos investigations pour un poême que beaucoup adorent

    «Les deux chemins»

     

    Un correspondant recherchait le poème intitulé «Les deux chemins». Nous possédons peu de renseignements à son sujet, sinon qu'il porte la signature d'Octave Aubert. Il a été repris par Gaston Bonheur dans son livre si amusant «Qui a cassé le vase de Soissons ?» Ch. 6 - «Sans instruction on n'arrive à rien».

     

     

    Un enfant, au bout d'une route,

    Trouva tout à coup deux chemins.

    Il s'arrêta, rempli de doute,

    Roulant son chapeau dans ses mains.

     

    Fallait-il prendre à gauche, à droite,

    Ou bien rester là jusqu'au soir ?

    Sur un arbre, une planche étroite

    Portait une inscription en noir.

     

     

    Mais l'enfant ne savait pas lire,

    Il eut beau se gratter le nez,

    La planchette ne put lui dire :

    «C'est par ici, petit, venez !»

     

    Par bonheur, une paysanne

    Vint et le tira d'embarras;

    Elle lui dit : «Suis bien mon âne,

    Et jamais tu ne te perdras !»

     

     

    Le jeune enfant baissa la tête,

    Et contre lui-même, il boudait,

    D'être conduit par une bête,

    Et d'être plus sot qu'un baudet.

     

    Si tu veux connaître ta route,

    Mon petit, quand tu seras grand,

    Instruis-toi bien, car il en coûte,

    De passer pour un ignorant.

     

    Donc ce poème est de Octave Aubert, qui d'ailleurs, a beaucoup plus écrit sur la Bretagne.

    Peut-être que tous nos amis qui visitent ce site liront cette information.

     

    Bonne soirée

      • Andre sawadogo
        Vendredi 2 Septembre 2016 à 12:03
        J'ai appris ce poème en 1987 l'école de bourzanga dans le bam au Burkina Faso. Je ne sais quel poète l'a écrit, mais il est riche en pédagogie. Merci a mon défunt père Hubert SAWADOGO qui me l'a appris.
    14
    DINE Morsli
    Jeudi 22 Septembre 2016 à 20:33

    Le bon vieux temps.... si les jeunes d'aujourdhui apprennent cette récitation,l'ignorance seraiot battu.

     

    15
    Annie
    Jeudi 3 Novembre 2016 à 10:04

    Bonjour,Je suis très heureuse de trouver votre site et vos commentaires, j'ai eu besoin aujourd'hui de rechercher ce poème que j'ai entendu 1000 fois déclamé par ma Mère décédée ce dernier mois de juin à 90 ans ; je crois bien qu'à chacune de nos très nombreuses et très agréables ballades j'ai, à un moment donné, entendu ces 2 vers : fallait-il prendre à gauche, à droite, ou bien rester là jusqu'au soir..... elle l'avait appris à l'école élémentaire, il y a bien longtemps. Cordialement

    16
    Bernadette
    Dimanche 19 Février à 15:22

    Je suis bien contente d'avoir retrové ce poème complet.

    Je l'ai appris à l'école primaire entre 1954 et 1957.

    Merci.

    17
    shyirakera
    Jeudi 23 Mars à 11:32

    moi c,est juste en 1974.j'en suis fort reconnaissant

     

    18
    Jeudi 27 Avril à 21:38

    Bonjour Jean

    C'est incroyable, le nombre de personnes attachées à ce poëme. De là où elle se trouve, votre mère doit suivre cette page car c'est grâce à son cahier que nous en parlons depuis 5 ans.

    Bonne soirée à vous

    Pascal Ndjavé (mbindo16, arkypiam) depuis Libreville.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :