• 10. Kriegsgefangenenpost

    GENS DE FLOREFFE (10)

     

     

    CORRESPONDANCE DES PRISONNIERS DE GUERRE

    Cinq cartes postales en provenance du Stalag XIII C

     

     

     

    Découverte majeure dans mes archives !

    Il s'agit de cinq cartes postales écrites par mon oncle Albert et envoyées à sa famille à Floreffe... Albert était alors prisonnier de guerre dans le Stalag XIII c à Hammelburg en Basse-Franconie (Bavière).


     

    10. Kriegsgefangenenpost


    1ère carte postale adressée à Marie-Henriette Liénart à Floreffe


    1er avril 1942


    Ma chère Loulou - Oh ! Je ne t'oublie pas, tu sais, mais j'ai tant à contenter alors, mais même quand je ne parle pas de tout le monde, je n'oublie personne. Si j'ai bien compris, tu ne vas plus à l'école (1) ; alors je pense que Maman (2) se repose un peu vu que tu es là. Et ta filleule (3) ?... Ponponse (4) me promet une photo, ne le lui laisse pas oublier, hein dis ! Et Papa (5), que fait-il à l'atelier ? J'espère que Maman, Papa, Dé et Tur sans oublier Simone (6) vont bien. Tu les embrasseras tous pour moi et pour toi, ma "belle" filleule les meilleurs affections de parrain

    (signé) Albert


    Demande à Tidy de m'envoyer un peigne et du sunglicht (7) s'il y en a encore !!!!


    (1) Marie-Henriette (qui était ma mère) étudiait alors à l'Institut des Ursulines à Namur.

    (2) La maman d'Albert : Joséphine Lessire alors âgée de 58 ans.

    (3) La filleule de Marie-Henriette s'appelait Claudine Liénart. Cette dernière était née en 1940. Elle est décédée en 1996.


    10. Kriegsgefangenenpost







    Marie-Henriette et sa filleule Claudine sur les plages de la Mer du Nord


    (4) Ponponse était le frère aîné d'Albert et de Marie-Henriette. Il était aussi le père de Claudine. Né à Floreffe en 1910, il est décédé à Bois-de-Villers en 1965.

    (5) Le père Arthur dont j'ai déjà tellement parlé est alors âgé de 65 ans. Ancien chef-monteur aux ACEC, il bricole encore dans son petit atelier situé dans la maison familiale. Il ne verra pas la fin de la guerre...

    (5) Dé et Tur : André et Arthur sont les deux autres frères de la famille. A l'époque, André est âgé de 20 ans et Arthur a 23 ans. Agée de 22 ans, Simone est la fiancée de Arthur.  

    (6) Le nom mal orthographié d'une célèbre marque de savon... encore vendue de nos jours...


    2ème carte postale adressée à Marie-Henriette Liénart à Floreffe


    1er septembre 1942


    Ma chère Loulou,

    J'ai été très heureux d'apprendre que tu avais été en vacances à Namur et ta lettre m'a fait d'autant plus de plaisir qu'elle m'a fait revivre quelques instants charmants, hélas si courts, où je t'ai revue à la même place que celle que j'occupais dans mon petit paradis (7). Mais je voudrais savoir pourquoi tu ne vas  plus si souvent à Namur ? Est-ce que c'est parce que je n'y suis plus ? Je comprends, tu as 15 ans, mais j'espère que Maman sait bien que une fois à Namur, tu es en lieu sûr ; c'est la guerre... et après ? Tu n'as pas à t'occuper de cela ; vis comme avant, ma petite Loulou. Il te reste assez de temps après pour ne plus faire. Heureux d'apprendre (le) mariage d'Arthur. Meilleurs baisers à toi et tous.


    (signé) Parrain Babert


    (7) Albert et sa femme Suzanne habitaient dans une rue située derrière la gare de Namur.

     

    10. Kriegsgefangenenpost


    3ème carte postale adressée à la famille Liénart à Floreffe


    1er mai 1943


    Mes chers vous tous,

    Un merci cordial à ma chère 'petite Loulou' pour sa gentille carte. Heureux d'apprendre qu'elle a repris ma succession sur les planches... mais attention, hein Lou (8), à force de jouer l'amoureux ou jeune premier, on est pris sans le savoir... Regarde moi mon dernier souvenir dans Mademoiselle Grignou (?) et le lendemain, je demandais l'entrée... enfin, je ne le regrette pas, au contraire... Donc, c'est entendu, je t'attends à mon retour pour jouer ensemble le concerto de Vivaldi, ça va ?... Merci à Maman pour ses bonnes paroles, sans oublier Papa, Arthur et Simone ; bien des amitiés à tous, sans oublier les nouveaux voisins dans la rue de la gare ; dites à Maman que je lui ai écrit le 10 mars. A bientôt... J'espère toujours. 

    Avec les bons baisers de votre

    (signé) Albert


    (8) Lou ou encore Loulou... Pour désigner Marie-Henriette, la petite dernière de la famille. Elle jouera dans plusieurs pièces de théâtre durant la guerre pour venir en aide aux prisonniers.


    10. Kriegsgefangenenpost










    Un talent de notre maman que nous n'avons pas connu... Allure masculine et cigarette à la main... Vive le théâtre !



    4ème carte postale adressée à Marie-Henriette Liénart de Floreffe



    1er août 1943


    Ma chère Loulou,

    J'apprends par lettre de Suzanne ton beau séjour à Ave (9). J'espère que tu en es revenue toute contente, heureuse et bien portante. J'ai bien pensé à toi le 5 juillet (10) : dire que j'ai quitté une gamine et que je vais retrouver une belle grande jeune fille !... J'apprends ce jour la bonne nouvelle par Arthur : je pense que je serai de retour très peu de temps après la naissance (11). Et Dédé ? Papa et Maman ? J'espère que tous vont bien et dis-leur que pour Noël on se réunit tous comme par le passé à Floreffe et que ce jour-là, tu seras 'cordon bleu'. Ca va, hein dis ? Alors à bientôt ma grande Loulou. Embrasse tout le monde pour moi sans oublier Pons, Jeanne et les petits (12) et pour toi, je t'envoie avec mes bonnes affections mes meilleurs baisers.


    (signé) Parrain


    (9) Sa femme Suzanne et Marie-Henriette avaient effectué un séjour à Ave-et-Auffe. Maman parlera durant toute sa vie de ces vacances 'de guerre'. J'ai même retrouvé quelques photos de ce petit voyage.


    10. Kriegsgefangenenpost







    Suzanne et Marie-Henriette en vacances...


    (10) 5 juillet 1943 : anniversaire de Maman qui vient de fêter ses 16 ans.

    (11) Il s'agit de la première naissance chez Arthur : Jeanine va bientôt voir le jour. Jeanine vit actuellement dans le Brabant wallon. 

    (12) Alphonse et sa femme Jeanne vivent à ce moment-là à Bois-de-Villers : Monique est née en 1937, Michel en 1939 et Claudine en 1940. La petite dernière Françoise verra le jour en 1944.


    5ème carte adressée à Marie-Henriette Liénart de Floreffe


    1er janvier 1944


    Ma chère Loulou,

    j'ai bien reçu ta carte m'apportant tes voeux pour cette nouvelle année. Je te remercie de tout coeur et à mon tour de souhaiter à ma 'grande' filleule toutes les choses les meilleures pour 1944. Et d'abord une bonne santé pour rester toujours au poste près de Maman et apprendre à son école ton métier de future maman ; mon voeu le plus cher, c'est que tu restes la bonne fille au visage rayonnant qui apportera continuellement au foyer l'air de jeunesse et la joie de vivre. Pour Dédé, que cette année lui donne son diplôme (13) et que je sois là pour l'arroser avec vous tous. Tu voudras bien me remplacer près de Tidy auprès de Papa et de Maman pour leur dire tous mes voeux, mes choses les plus affectueuses.

    Avec mon bel espoir (14), je te dis à bientôt et t'embrasse bien fort.


    (signé) Parrain "Babert"


    (13) Dédé ou André est alors étudiant à Leuven. Il poursuit des études de philologie romane. Il abandonnera ses études universitaires quelques mois plus tard.


    10. Kriegsgefangenenpost








    André aux temps de l'université...



    (14) Bel espoir... Le Stalag XIII c sera libéré le 6 avril 1945 et Albert en reviendra très malade. De multiples complications pulmonaires mettront prématurément fin à sa vie à l'âge de 51 ans.


    10. Kriegsgefangenenpost




     










    Albert et Suzanne : un mariage floreffois juste avant la guerre...




  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :