• VIEUX PAPIERS DE MEMOIRE (1)

     

    CHANTS ET DECLAMATIONS


    LES DEUX CHEMINS

     

     

    Mémoire d'école primaire... Touchante mémoire...


    Il fallait que je retrouve un cahier d'école de Maman... Elle conservait tout ce qu'elle pouvait.


    Ainsi donc, j'ai découvert son cahier de chants et de déclamations. Elle était alors en quatrième primaire à l'école catholique de Floreffe.


     

    1. Les deux chemins (1936)


    Je vous fais découvrir la première page de ce petit cahier. Elle est datée du 8 septembre 1936. Le petit poème nous montre qu'à l'époque, poésie et morale faisaient bon ménage.


    Ne vous étonnez pas non plus de voir apparaître le sigle J-M-J sous la date... Non, ce ne sont pas les initiales du nom de Maman. Il doit s'agir des initiales de Jésus-Marie-Joseph. Nous sommes dans une école catholique et les institutrices sont des religieuses. 


    Bravo, Maman ! Tu le méritais ton TBien !

      

    1. Les deux chemins (1936)




    Le 8-9-36.

    J-M-J

                                                                  Les deux chemins

     

                                                       Un enfant, au bout d'une route,

                                                       Trouva tout à coup deux chemins.

                                                        Il s'arrêta, rempli de doute,

                                                        Roulant son chapeau dans ses mains.


                                                        _______________

     

                                                        Fallait-il prendre à gauche, à droite,

                                                        Ou bien rester là jusqu'au soir ?

                                                        Sur un arbre, une planche étroite

                                                        Portait une inscription en noir.


                                                        _______________


                                                        Mais l'enfant ne savait pas lire.

                                                        Il eut beau se gratter le nez,

                                                        La planchette ne put lui dire :

                                                        "C'est par ici, petit, venez !".


                                                        _______________


                                                        Si tu veux connaître ta route,

                                                        Mon petit, quand tu seras grand,

                                                        Instruis-toi bien, car il en coûte

                                                        De passer pour un ignorant.


                                                         _______________

      


    19 commentaires