• 17. Allô ! Floreffe écoute... (1934)

    VIEUX PAPIERS DE MEMOIRE (17)

     

     

    ALLÔ ! FLOREFFE ECOUTE...

    Périple dans le bottin du Royaume - Edition 1934

     

     

     

    Voilà de nouveau une fantastique découverte !

    Avez-vous déjà ouvert un bottin (1) de ces années dites d'entre-deux-guerres ?


    Curieuse expérience que m'a fait vivre mon vieux copain d'enfance Camille W.  En effet, dans ses archives familiales survivaient de vieux bottins de téléphone.

    Un merci tout particulier à Camille : grâce à lui, nous allons pouvoir découvrir un autre Floreffe peuplé d'autres Floreffois...


    Alors, allons-y ! Nous allons donc trouver quelques informations importantes concernant les métiers et les rues. Peut-être un nom évoquera-t-il quelque souvenir ?


    Le voici, ce précieux document ! Il s'agit de l'indicateur officiel des téléphones contenant les listes alphabétiques des abonnés du Royaume de Belgique dans son édition de 1934... 

     

    17. Allô ! Floreffe écoute... (1934)


    Constatons d'emblée qu'il n'y a qu'un seul bottin pour tout le royaume et dirigeons-nous immédiatement vers les pages concernant les abonnés floreffois.

    Quelle surprise ! Il n'y a que deux pages pour le village de Floreffe... Il est vrai qu'en ces temps-là, le téléphone était réservé à ceux qui en avaient vraiment besoin et aussi à ceux qui en avaient les moyens... Oui, je sais... Les temps ont bien changé...


    Le bottin de l'époque présente beaucoup de difficultés de lecture. Certains numéros dépendent de la zone de Namur ou encore de Moustier. J'ai aussi constaté que certains habitants de Franière étaient repris dans la partie relative à Fosses-la-Ville.


     

    17. Allô ! Floreffe écoute... (1934)


    Mais avouez que vous êtes impatients de passer un petit coup de fil à une personne du vieux Floreffe de 1934... 


    Commencez par utiliser un appareil d'époque ! Je parie que vous n'avez que votre GSM !


    Pas de panique ! Le bottin vous propose quelques dessins publicitaires décrivant le matériel de téléphonie de l'époque. A vous de choisir !


    17. Allô ! Floreffe écoute... (1934)

















    17. Allô ! Floreffe écoute... (1934)










    Vous avez trouvé l'appareil de vos rêves ? Choisissez maintenant la personne ou la société qui vous inspire... Au fait, qu'allez-vous donc lui raconter ? Je suis sûr qu'il ne vous croira pas ! Essayez tout de même...


    numéro 8 : Administration communale de Floreffe Centre

    numéro 13 : Administration communale de Floreffe Section Buzet

    numéro 14 : Administration communale de Floreffe Section Sovimont

    numéro 9 : Administration commununale de Floriffoux

    numéro 143 : Alin F., transports, rue C. Giroul, 8

    numéro 884 (Namur) : Armée, Fort de Malonne

    numéro 131 : Arnould H., vicaire

    numéro 52 : Bajart A., transports, fruits en gros

    numéro 115 : Barbier J. et fils, bouchers, Franière

    numéro 32 : Bauche E., marchand de bestiaux, Soye

    numéro 63 : Baudine L., médecin-vétérinaire

    numéro 111 : Bellière J.-B., rue de Namur (2)

    numéro 61 : Biernaux L., charbons, rue du Rivage, 14

    numéro 21 : Boulonneries de Franière et de Lodelinsart, division de Franière

    numéro 74 : Burton E., rue A. Renard

    numéro 136 : Burton H., négociant, Soye

    numéro 137 (Moustier) : Calozet J., médecin, Franière

    numéro 189 : Ceuran Vve V., vins, liqueurs, Franière

    numéro 124 : Chabottier F., boucher, Franière

    numéro 6 : Charbonnages de Floreffe-Soye, s.a., Floriffoux

    numéro 59 : Chaussée François, fermier, Soye

    numéro 121 : Chaussée Louis, fermier, Robersart

    numéro 72 : Chemins de Fer (Floreffe Station)

    numéro 175 : Chemins de fer vicinaux, dépôt de Malonne

    numéro 125 : Clictus J., près de l'église, Floriffoux

    numéro 102 : Crevin-Linart A., plombier, zingueur, quincaillerie (3)

    numéro 71 : Debilde T., fermier, Floriffoux (4)

    numéro 23 : de Dorlodot Demoiselles, Floriffoux (5)

    numéro 237 (Namur) : de Dorlodot Baron J., Floreffe

    numéro 141 : Delfosse J., ingénieur, rue de la Gare

    numéro 64 : Dépuratif des Alpes, laboratoire et commandes, rue de la Gare, 19 (6)

    numéro 77 : Derèze Soeurs, négociantes, Franière

    numéro 106 : Deroyer J., curé, Sovimont (7)

    numéro 103 : Deschamps N., Soye

    numéro 4 : Baugniet R., docteur en médecine

    numéro 42 : Goreux G., docteur en médecine, Malonne

    numéro 12 : Kaisin A., institut médico-chirurgical (8)

    numéro 69 : Dogniaux P., grains, moulin, Buzet (9)

    numéro 127 : Doumont et Wilmot, chaussures (10)

    numéro 65 : Duval-Overal D., garage, cycles, motos

    numéro 26 : Eaux (Cie Interle Brux.), cantonnier, Floreffe

    numéro 3 : Eau minérale Cristal-Chaudfontaine, C. Pêtre (11)

    numéro 24 : Evrard J., imprimeur, Franière 

    numéro 118 : Fagneray A., commissaire-voyer (12)

    numéro 165 : Filée E., négociant, rue de l'Eglise 50, Floriffoux

    numéro 108 : Folon frères, fermiers, Floriffoux

    numéro 31 : Fontaine Frères, manufacture belge de ferblanterie (13)

    numéro 90 : François C., batelier-pilote, Mauditienne

    numéro 183 : Garage Martin R., rép. taxis, motos Gillet

    numéro 129 : Gaspard L., instituteur, Floreffe

    numéro 11 : Gendarmerie de Floreffe

    numéro 130 : Genot A., boucher, Franière

    numéro 156 : Gérard-Dogniaux F., électricien, Franière

    numéro 54 : Gilson frères et soeurs, Franière

    numéro 146 : Glaces et Verres, (Glaver), division de Floreffe (14)

    numéro 260 (Namur) : Glaces St-Gobain, Franière

    numéro 41 : Goffart E., entrepreneur, rue de Soye 14, Franière

    numéro 48 : Goffaux E., ferme de Winbosteek, Sart-Saint-Laurent

    numéro 139 : Hancotte-Matthieu, Mme V., accoucheuse (15)

    numéro 1 : Henry-Vrithoff E., vins et spiritueux (16)

    numéro 155 : Hermand Gabriel

    numéro 25 : Hôtel Doumont, station, Franière

    numéro 20 : Hôtel de la Gare, H. Mathieu, Franière

    numéro 60 : Hôtel Philippot F., Franière

    numéro 15 : Hôtel du Progrès, F. Dieudonné

    numéro 2 : Hôtel de la Station, J. Lambion, propriétaire

    numéro 80 (Namur) : Institut Saint Berthuin, Malonne

    numéro 114 : Labeau C. et fils, bouchers, entrepreneurs, Franière

    numéro 176 : Lapièrre A., architecte-géomètre

    numéro 29 : Lardinois P., pharmacien (17)

    numéro 178 : Lecharlier J., transports, Franière

    numéro 85 : Legrain F., fermier, Amptia (18)

    numéro 43 : Leurquin L., carrières, Franière

    numéro 179 : Maillard G., entr. trav. publics, Franière

    numéro 12 : Maison Repos air régime soeurs Augustines (19)

    numéro 101 : Marcq J., bourrelier, rue de la Station, 60

    numéro 98 : Martin J.-B., constructeur, rue de la Gare, 33

    numéro 39 : Martin Jean, ingénieur

    numéro 93 : Massinon J. club Union Sportive

    numéro 28 : Mathieu-Bauche E., entrepreneur, Soye

    numéro 5 : Mathieu-Goffart H., boucher-charcutier

    numéro 126 : Mathieu J., atelier mécanique rue de la station 79

    numéro 169 : Moreau-Denot L., boucher, rue Renard, 5

    numéro 177 : Moret L., plombier-zingueur, Franière

    numéro 135 : Namêche Nestor, négociant, Sovimont

    numéro 167 : Noël F., plombier-zingueur, Soye

    numéro 107 : Orban J., garage, électricité, rue de la Gare 18 a (20)

    numéro 3 : Pêtre C., brasseur (11)

    numéro 36 : Philippot J., cultivateur, Floriffoux

    numéro 162 : Piot-Halloy F., chaussures, place de la Station, Franière

    numéro 191 : Pochet  A., café rocher Saint Pierre, Franière

    numéro 17 : Produits chimiques de Floreffe, société anonyme (14)

    numéro 163 : Ramlot-Jonet J., charbons, Soye

    numéro 22 : Ramlot-Philippot N., négociant, Franière

    numéro 51 : Remy A., aubergiste, écluse

    numéro 56 : Remy J., agent commercial, rue de la Gare 41

    numéro 7 : Renard G.-J., magasin Union, Soye

    numéro 75 : Renard-Misson L., négociant, Soye

    numéro 154 : Renier-Davio L., négociant, Préat, 22

    numéro 16 : Robaux-Jallay A., boulanger

    numéro 87 : Roisin L., épicier, tonnelier, Franière

    numéro 133 : Romily E., boucher, rue de Namur

    numéro 173 : Sanglier J., cultivateur

    numéro 57 : Séminaire de Floreffe

    numéro 150 : Séminaire, chanoine Kaisin, supérieur, privé

    numéro 151 : Sorée et fils, charbons, rue de Floreffe, 64, Franière

    numéro 27 : Toussaint J., vins, rue Grande 11 (21)

    numéro 58 : Vandenbranden V., travaux publics, Floriffoux

    numéro 193 : Vanderbecq G., transports, taxi, Floriffoux

    numéro 45 : Van Oldeneel tot Oldenzeel, Baron J., Floriffoux (22)

    numéro 79 : Vitry V., agent commercial, Franière

    numéro 104 : Wacrenier P., ingénieur, Franière

    numéro 194 : Warnier J., ardoisier, Franière



    Voilà donc encore une manière efficace de faire revivre le passé de notre village et de ses habitants !

    Si vous avez des informations complémentaires, n'hésitez pas à laisser des commentaires !

    N'oublions jamais que nous ne sommes que des passeurs de mémoire !


    _______________________________________________________


    Notes


    (1) Chacun d'entre nous peut aisément définir le bottin mais connaissons-nous l'origine de son nom ? Il faut remonter au XVIIIème siècle et faire la connaissance de Sébastien Bottin. Cet administrateur et statisticien français est né le 17 décembre 1764 à Grimonviller (Meurthe-et-Moselle). Prêtre avant la Révolution française, il renonce à l'état ecclésiastique et occupe des postes administratifs importants en Lorraine et en Alsace. Il a donné son nom à un annuaire du commerce et de l'industrie. Il meurt à Paris le 28 mars 1853.


    (2) Vraisemblablement, il s'agit de l'actuelle rue Riverre.


    (3) Je pense me souvenir qu'il y avait une quincaillerie dans l'actuelle rue Célestin Thiry, à deux pas de la place de Floreffe-centre.


    (4) Certainement dans la ferme de la Tour à Floriffoux.


    (5) Dans le château de Floriffoux, non loin de la Sambre.


    (6) Le laboratoire était situé dans un chemin privé donnant sur la rue Romedenne. On peut lire l'article 2 dans la rubrique 'Gens de Floreffe'.


    (7) On peut en savoir un peu plus sur le curé Deroyer en lisant l'article 4 dans la rubrique 'Gens de Floreffe'.


    (8) Cet institut est devenu le home pour personnes âgées situé dans la rue du Carmel.


    (9) Le moulin de Buzet se trouvait à deux pas de la place du hameau, le long du Wéry.


    (10) Dans l'actuelle rue Romedenne. On peut découvrir des informations dans l'article 6 dans la rubrique 'Mémoire des rues'.


    (11) La brasserie Pêtre était située au lieu-dit Préyat, non loin de l'actuel rond-point au milieu duquel se trouvent la fleur et la lettre F, identifiant notre village. Dix ans plus tard, en 1944, la brasserie Pêtre sera le théâtre d'une tragédie lors d'un bombardement meurtrier (voir l'article sur Robersart dans la rubrique 'Floreffe'). 


    (12) Monsieur Fagneray habitait la rue Romedenne et, si ma mémoire est encore bonne, je pense qu'il possédait une  vieille Panhard...


    (13) Je me souviens encore un peu de la ferblanterie Fontaine...

    Cette ferblanterie était une petite fabrique où l'on assemblait des ustensiles en fer-blanc. Ce fer-blanc consistait en une fine tôle d'acier qui était recouverte d'étain.

    Elle se situait dans la rue Hastir, non loin de la gendarmerie. Aujourd'hui, le site est occupé par un dépôt de matériaux de construction. Tout jeune, j'ai accompagné Maman dans cette petite industrie... Je me souviens avoir eu peur du visage sévère de Monsieur Fontaine ! J'entends encore le bruit métallique de l'atelier et je revois le regard bienveillant des dames qui y travaillaient. 


    (14)  Il doit s'agir des usines qui se trouvaient dans l'actuelle rue Riverre et dont il reste quelques murs.


    (15) J'ai déjà parlé de Palmyre l'accoucheuse dans l'article 5 dans la rubrique 'Mémoire des rues'.


    (16) La société Henry-Vrithoff était établie dans l'actuelle rue Hastir, non loin du terrain de football. On peut lire l'article 16 dans la rubrique 'Vieux papiers de mémoire'.


    (17) Je me souviens bien de ce pharmacien... Son officine était située au pied de Pellemont. Depuis cette époque, les pharmaciens se sont succédés dans cette grande maison.

    Je me souviens aussi de ces grands flacons contenant de l'eau de Cologne. Pour en prélever une petite quantité, ils étaient munis d'une poire d'aspiration et d'un fin tuyau métallique. Durant ma tendre enfance, j'en avais peur car je croyais qu'ils servaient à faire des piqûres... 


    (18) Il s'agit de la ferme d'Hamptia ou d'Hampteau. Vieille ferme d'abbaye, elle est située au lieu-dit Mauditienne


    (19) Je n'ai aucune information sur cette maison de repos. Si vous en avez, vos commentaires sont les bienvenus ! Merci d'avance !


    (20) J'ai déjà parlé de Joseph Orban qui habitait l'actuelle rue Romedenne. Comme il était garagiste à l'époque, je ne peux résister à la tentation de vous montrer des publicités du bottin décrivant quelques automobiles destinées à toutes sortes de voyages... 


    17. Allô ! Floreffe écoute... (1934)









     

    17. Allô ! Floreffe écoute... (1934)   Cette société existe toujours !

     

    17. Allô ! Floreffe écoute... (1934)










       

    17. Allô ! Floreffe écoute... (1934)


    17. Allô ! Floreffe écoute... (1934)









    (21) Probablement la rue Giroul, dans le centre de Floreffe.


    (22) Cette famille occupait le château du Pavillon sur les hauteurs de Floriffoux.



    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    martin max
    Samedi 2 Février 2013 à 23:15

    J.MARTIN dont question sur votre site était mon oncle, le frère de Camille MARTIN mon père. Joseph, Camille et Marie-Madeleine étaient les enfants de Paulin MARTIN forgeron sis rue Bertrand à Floreffe où se situe maintenant un café restaurant. Joseph devint vétérinaire installé à Saint Gérard, il fut aussi chef de chorale à Bois de Villers. Mon père Camille travaillait à la forge de mon grand père, en 1940, mobilisé au fort de Malonne il fut fait prisonnier et "séjourna" cinq ans en Silésie. Moi, je suis né à Floreffe en 1947, à la rue Bertrand dans une maison voisine de la forge.

    Je résidai à Floreffe jusqu'en 1952 pour ensuite partir à Jamagne, Etterbeek et enfin Woluwe Saint Lambert ... mon père était militaire et notre famille le suivait dans ses affectation. Je revint souvent à Floreffe visiter mes grands parents (ma grand mère s'appelait Eva Fripiat). La soeur de mon père résidait à Buzet. Au total nous étions huit cousins à nous revoir régulièrement dans la région.

    Encore maintenant je revient souvent à Floreffe ... par nostalgie.

    Si vous désirez d'autre précision, c'est bien volontier que je vous répondrai.

    Cordialement

    Max MARTIN

     

    PAULIN MARTIN marié à EVA FRIPAT = JOSEPH, CAMILLE, MARIE-MADELEIN

    JOSEPH marié à BERTHE = Claude, Huguette, Marie=Michèle

    CAMILLE marié à ADRIENNE = Max, Jean=Luc

    MARIE-MADELEINE mariée à EDMOND = Camille (dit Le Petit), Raymond, Paul

     

    2
    Andrée Lavigne
    Mardi 20 Janvier 2015 à 19:23
    Bonjour Max.Je suis ta petite cousine'la fille de Jean-Baptiste Martin,le frére de Paulin,ton grand pere.Nous habitions rue Céjesti Hastir anciennement,rue de la gare.Dans la mini-genealogie de ta famille,tu as oublié Anne-Marie,fille de Marie-Madeleine.Peut-etre de tes nouvelles bientot.J'embrasse mon cousin.A.Lavigne.
    3
    max MARTIN
    Mardi 20 Janvier 2015 à 21:13

    Bonjour Andrée Lavigne,

    J'ai répondu par courrier séparé.

    Impatient de faire connaissance.

    Max MARTIN

    4
    Vincent
    Samedi 7 Janvier à 22:26

    Bonjour, je trouve votre site très instructif et très bien réalisé.

    Je suis intéressé par la ville de Floreffe et en particulier la ferblanterie Fontaine Frères.

    Je me suis permis de vous envoyé un mail concernant la ferblanterie et je vous remercie de l'intérêt que vous porterez à ce message.

    Je suis impatient d'en savoir davantage sur la ferblanterie et sur Floreffe en général.

    Bien à vous.

    Mr. Fontaine Vincent

    5
    André LESSIRE
    Mardi 15 Août à 07:25

    Bonjour Madame LAVIGNE.  Votre grand-père, Jean-Baptiste MARTIN habitait rue Hastir et avait son atelier en face de chez lui.  Mon grand-père maternel travailla avec lui à la remise en place de cloches après guerre.  Si mes souvenirs sont bons, ils étaient ensemble à Frizet lors de l'accident qui coûta la vie à votre grand-père.

    S'agit-il du même Jean-Baptiste MARTIN qui habita également au Cheval-de-Bois avec son épouse Flore RENARD?

    Bien à vous.

    A. LESSIRE

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :




    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :