• 17. Du 26 au 31 décembre 1922

    LE VOYAGE D'ARTHUR LIENART EN CHINE (17)

     

     

    Du 26 au 31 décembre 1922

     

     

    Le 26 décembre 1922

     

    La mer est toujours assez fortement agitée cependant que le temps est légèrement mieux. Le vent reste fort. Le baromètre oscille toujours sur le variable. Vers le soir, le temps se couvre et devient orageux. Le vent se lève et le bateau roule et tangue effroyablement pendant toute la nuit à tel point qu'à différentes reprises, on avait la sensation d'être jeté en bas de son lit.


    Le 27 décembre 1922


    Le mauvais temps se maintient, il pleut par averses. Mer houleuse. Journée maussade. Aucune navire n'est en vue depuis le départ de Colombo. 

     

    17. Du 26 au 31 décembre 1922


    Le 28 décembre 1922


    Le temps s'est légèrement amélioré. La mer devient moins mauvaise. Vers 5 1/2 heures du matin, on a aperçu non loin du bateau un cétacé qui, selon les marins ne peut être qu'un cachalot, un peu plus petit que la baleine. Il paraîtrait que la baleine ne saurait vivre dans cette température si l'eau atteint de 17 à 20°. On a augmenté la vitesse du bateau pour atteindre avant la nuit la pointe nord de Sumatra (1).


    Vers 3 1/2 heures de l'après-midi, la côte de l'île Bras (2) est visible. Bientôt on aperçoit un petit mamelon en mer. C'est la pointe Rondo (3). Deux rochers qui se trouvent en pleine mer au nord des îles Bras et Wech (4). A la nuit tombante, le phare de Bras jette ses deux jeux de reflets sur la mer. Vers 9 heures du soir, nous arrivons à hauteur de Pointe Rondo et derrière le deuxième rocher, on aperçoit les feux de l'île Wech.


    Le temps est couvert mais la mer est calme.


    Le 29 décembre


    Ce matin, la côte de Sumatra est visible. L'île de Saabang (5) a disparu. Le temps est orageux et promet des ondées.

     

    17. Du 26 au 31 décembre 1922

    Une peinture représentant le port de Sabang en 1910.


    Celles-ci ne tardent pas et dans le courant de l'après-midi, ça tombe comme par enchantement. Il fait étouffant. Aussi il est tard quand on songe à aller se coucher. Le phare de Penang (6) est en vue et lance ses clignotements à fleur d'horizon. Dans quelques heures, nous serons dans le port.


    Le 30 décembre 1922


    A six heures, l'ancre est jetée en rade de Penang. Nous y restons peut-être deux jours. Très belle ville située très pittoresquement dans un chaos d'îles montagneuses boisées de sompteuse végétation, comme toutes les régions équatoriales et qui sont dues au climat chaud et à la pluie.

     

    17. Du 26 au 31 décembre 1922


    C'est un très  beau  port aux mains des  Anglais  toujours, qui appellent  Penang  du nom de Georgetown (6). Je ne suis pas descendu à terre. Voici la raison. Le commandant recommande avec insistance de ne pas le faire parce que Penang est le siège de maladies infectieuses chroniques d'influenza (7), dysenteries, choléra. Dans son dernier voyage, le commandant nous rapporte que tous les passagers qui étaient descendus à Penang (ils étaient 40), tous ont attrapé la dysenterie et arrivés à Hong-kong, quatre étaient morts. Sa recommandation était sage et logique, mais il a été beaucoup moins sage et moins logique en laissant monter à bord toute une kyrielle de mercantis (8) de toutes sortes, changeurs et marchands de tout. Je me suis permis de le lui faire entendre sur un ton sans réplique (9). 

     

    17. Du 26 au 31 décembre 1922


    Le bateau décharge quelques marchandises diverses prises à bord à Trieste et à Venise. Il embarque plusieurs milliers de tonnes d'écorces pour la Chine qui serviront à faire des teintures.

     

    17. Du 26 au 31 décembre 1922


    Une colonie de 100 chinois avec femmes et petits enfants s'embarquent ici pour Hong-Kong. Ils sont munis de tout leur nécessaire : cuisines portatives, manger, bois etc. Leur principale nourriture est le riz. Ils en bouffent (sic) trois fois par jour d'une magistrale façon et encore "à la baguette" (10). Ils logent dans le navire sur les à-côtés des cales. Ils sont très propres.


    Ce sont des gens qui sont venus travailler dans la péninsule de Malay (11) et qui, la saison finie, regagnent leur pays. Un Anglais monte ici pour Chang-Haï. Un passager, un Suisse nous quitte. Il regagne son poste dans les plantations de l'île de Sumatra.

     

    17. Du 26 au 31 décembre 1922


    Le 31 décembre 1922


    L'ancre est levée à quatre heures de l'après-midi et rapidement le bateau quitte le port. Penang disparaît bientôt à l'horizon. Et lorsque en avant de la rade que l'on vient de quitter, le navire prend la direction du sud, toute la baie se masque derrière une île d'où, sur une grande hauteur, un phare commence à lancer son feu, à un jet sur la mer. La nuit tombe et pendant près de quatre heures, nous observons les jets lumineux du phare.


    __________________________________________________


    Notes


    (1) Sumatra est une île de l'Indonésie. C'est la sixième plus grande île au monde.

    (2) Après quelques recherches laborieuses, je pense qu'il doit s'agir de l'îlot Khah qui se trouve non loin de l'île de Weh (voir ci-dessous).

    (3) La pointe Rondo comme l'indique Arthur est l'île Rondo. C'est un îlot indonésien situé dans la mer d'Adaman et qui est situé à 22 km de l'île de Weh.

    (4) L'île de Weh est une petite île au volcanisme actif située à la pointe nord de l'île de Sumatra. Cette île est entourée d'îles plus petites dont Khah et Rondo.


    17. Du 26 au 31 décembre 1922


















     Weh à la pointe nord de Sumatra.
     (source : Wikipédia)


    (5) L'île de Sabang est le nom donné par la population locale à l'île de Weh ou Pulau Weh. Sabang est le nom de la plus grande ville de l'île. Arthur paraît assez documenté...

    (6) Penang est l'un des Etats de Malaisie situé sur la côte nord-ouest de la péninsule malaise. Penang en malais se dit Pulau Pinang. La capitale de cet Etat est George Town.

    17. Du 26 au 31 décembre 1922










    Le pont de Penang en 2006 (Photo de Marc Cagninacci)



    (7) Il s'agit de la grippe.

    (8) Dans un sens péjoratif, un mercanti est un commerçant malhonnête, avide de gain.

    (9) Coucou ! Et revoici l'autoritaire Arthur !

    (10) Arthur semble oublier qu'il se rend dans ce pays et qu'il va certainement aussi être soumis à ce genre de régime alimentaire !

    (11) Vous aurez compris qu'il parle de la Malaisie.



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :