• 18. Les 1er et 2 janvier 1923

    LE VOYAGE D'ARTHUR LIENART EN CHINE (18)

     

     

    Les 1er et 2 janvier 1923

     

     

    Le 1er janvier 1923


    18. Les 1er et 2 janvier 1923

     

    Aujourd'hui, jour de l'an. Fête d'obligation en Italie (1). La messe se chante en plein air sur le pont. Humble, simple mais combien grandiose, cette cérémonie entre ciel et eau. Nous sommes en vue de la côte. Un phare en pleine mer indique aux navigateurs la route. 



    18. Les 1er et 2 janvier 1923










    18. Les 1er et 2 janvier 1923













    Bientôt la baie au fond de laquelle se trouve Port-Swettenham (2) s'ouvre à gauche. Le navire arbore ses signaux optiques et ralentit sa marche et se prépare à laisser descendre ses ancres mais le canot du pilote apparaît bientôt à l'horizon. Nous continuons notre marche en mettant le cap sur l'embarcation qui vient à nous.

     

    18. Les 1er et 2 janvier 1923



    Bientôt le pilote accoste et monte à bord et à travers des îlots pourvus d'une magnifique végétation boisée, il nous conduit dans la rade de Port-Swettenham, où l'on jette l'ancre vers deux heures de l'après-midi. 


    On y décharge 2000 barils (3) de ciment pris à Spalato. Mais la pluie vient entraver le travail à peine commencé. Une pluie diluvienne comme il n'en tombe que dans les régions équatoriales.

      

    18. Les 1er et 2 janvier 1923


    Il est six heures du soir quande le travail peut reprendre. On travaillera la nuit pour pouvoir repartir à la marée montante mais vers 10 heures, on arrête le travail. Le lendemain,...


    Le 2 janvier 1923


    ... on reprend celui-ci mais il est aussitôt interrompu. Les coolies (4) malays refusent le travail. Ils veulent une augmentation du salaire. Ils gagnent 1 dollar par jour (un dollar = en argent belge 10 francs). Ils veulent en gagner deux. Après 3/4 d'heure de pourparlers, ils obtiennent satisfaction. Le déchargement est terminé. A 10 heures 1/2,, nous gagnons la mer pour Singapour.


    Port-Swettenham est très petit mais situé dans un site pittoresque et riche en végétations pour la plupart boisées, d'une hauteur remarquable. Le taillis atteint 15 mètres de haut. Les bois sont habités par une foule de petits singes, de chats sauvages, de faucons. Il y a aussi des hirondelles. Plus avant dans l'île, il y a des tigres et dans les eaux de la baie des crocodiles.

     

    18. Les 1er et 2 janvier 1923


    A midi, nous avons gagné la haute mer et reprenons la direction du sud. Nous longeons toujours la côte malaysienne (5) très belle et boisée. Quelques petits points habités sont visibles et vers 6 heures du soir, le phare de Malacca (6) est visible et dresse sa pointe blanche en l'air. Du côté opposé, nous apercevons les côtes des îles Rupal et Bengkalis (7). Le soir tombe vite dans les régions équatoriales. Le crépuscule est court et n'existe pas pour ainsi dire. Le soleil monte le matin presque droit en l'air et le soir, descend verticalement. 


    18. Les 1er et 2 janvier 1923


    Comme un double clignotement, le phare de Malacca lance ses deux jets interrompus de lumière sur l'onde. Nous sommes encore à 1 degré 3/4 de l'équateur.


    ___________________________________________________________


    Notes


    (1) N'oublions pas que le Fiume, navire qui accueille Arthur bat pavillon italien.


    (2) A l'époque d'Arthur, Port-Swetteham était un port important de Malaisie. Il avait été construit sur une mangrove marécageuse où pullulaient les moustiques. Au début du XXème siècle, ce port a même dû être fermé à cause des ravages que provoquait le paludisme.

    Assaini et considérablement agrandi, il se nomme aujourd'hui Port Klang et est la principale porte d'entrée par mer en Malaisie. 


    18. Les 1er et 2 janvier 1923










    Port Klang, vue d'un bateau en décembre 2007

    source : Wikipédia



    (3) Vous vous doutez qu'il ne s'agit pas ici du baril de pétrole. C'est du baril de vrac dont il est question. Celui-ci, nommé en anglais Bulk barrel représente 164, 238 litres.


    (4) Le coolie est, dans la littérature coloniale, le portefaix ou porteur, généralement dans les gares ou les ports.


    (5) Arthur veut dire 'côte malaise'.


    (6) Le Fiume entre à présent dans le détroit de Malacca qui est un long couloir maritime situé entre la péninsule malaise et l'île indonésienne de Sumatra. Il relie la mer d'Andaman (mer bordière de l'océan Indien) à la mer de Chine méridionale. Arthur se rapproche donc maintenant de sa destination finale.

    Ce détroit est long d'environ 800 km et est d'une largeur comprise entre 50 km et 320 km. De nos jours, il reste une des plus importantes voies de navigation au monde dont le trafic est équivalent à celui du canal de Suez.


    (7) L'île de Rupat est une île située dans le détroit de Malacca, non loin de Sumatra dont elle est séparée par un bras de mer de 5 kilomètres. Cette île est plate et marécageuse. Elle a une forme circulaire dont le diamètre atteint environ 50 kilomètres. Il y pleut abondamment pendant la plus grande partie de l'année. Elle possède une belle plage de sable blanc d'une longueur de 17 kilomètres de long et d'une largeur de 30 mètres. De celle-ci, on peut y apercevoir la côte de la Malaisie.

    Quant à l'île de Bengkalis, elle est également située dans le détroit de Malacca à environ 200 kilomètres à l'ouest de Singapour. Elle s'étire sur une longueur de 70 kilomètres et a une largeur de 19 kilomètres. Elle ne dépasse pas 200 mètres d'altitude. C'est une île de formation coralienne. Plate et marécageuse, elle subit, comme celle de Rupat, de très fortes précipitations.



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :