• 26. Saint-Géry à Bruxelles

    DECOUVERTES (26)

     

     

    LE QUARTIER SAINT-GERY A BRUXELLES


     

    C'est mon fils Florian qui voulait faire un petit tour dans la capitale de notre bon Royaume... Ce n'est pas que j'en avais une folle envie... Vous savez bien que je préfère nettement le milieu rural au milieu urbain. 

    Ceci dit, il faut bien faire parfois quelques efforts pour contenter un autre milieu, le milieu familial...


    Nous voici donc partis vers la gare de Bruxelles-Nord ! Après le chahut et la foule de la rue Neuve, il est nécessaire de trouver une zone refuge où je peux trouver un peu de calme et surtout de quoi assouvir mon insatiable besoin de découvrir de nouvelles choses. Ainsi est construite ma vie actuelle : bouger, découvrir et puis partager.


    Cet endroit de sérénité existe à Bruxelles et chaque fois que je le peux, je m'y rends... Voulez-vous que je vous le fasse découvrir ?


    Oui ? Alors, suivez-moi ! Je vous indique le chemin...


    A deux pas de la Grand-Place, passons d'abord devant l'église Sainte-Catherine. La pauvre ! La voilà désacralisée : on n'y célébrera plus d'offices religieux et déjà, des projets fous voient le jour... N'a-t-on pas parlé d'y installer un marché couvert ?  

     

      

    26. Saint-Géry à Bruxelles

     

       Cette église a été construite à l'emplacement d'un bassin de

       l'ancien port de Bruxelles entre 1854 et 1874.

       

       Elle présente une architecture hybride : on y reconnaît des

       formes gothiques et une décoration baroque.


       Que l'on ne soit pas surpris d'y rencontrer arcs-boutants et

       gargouilles ! 


    26. Saint-Géry à Bruxelles

     

     

     

     

    Actuellement, l'extérieur de l'édifice subit un

    énergique nettoyage. Et déjà, on est tout étonné

    de retrouver la claire lumière originelle de ses pierres.


     


     

    Dans cette ville au passé somptueux, les anciens monuments savent se faire discrets... Ils se blottissent alors dans les bras des bâtiments modernes voisins. 

    C'est bien le cas de la fameuse Tour Noire... Il s'agit là d'un vestige de la première enceinte fortifiée de la ville de Bruxelles. Elle date du début du XIIIème siècle.

     

    26. Saint-Géry à Bruxelles

     









     La Tour Noire est un témoin du passé protégé depuis l'année 1937. On y remarque de hautes

     et étroites meutrières. 


    Oui, c'est vrai ! Le quartier est bien animé et vous vous demandez où je peux trouver un endroit calme dans cette moderne capitale européenne... Soyez patients ! Encore quelques centaines de mètres et nous allons y arriver !


    Nous y voilà déjà ! Il s'agit de cet édifice construit en plein coeur d'une place. Nous sommes devant les Halles Saint-Géry.

     

    26. Saint-Géry à Bruxelles


    Nous voici plongés dans un quartier chargé d'histoire ! Autrefois se trouvait ici une petite île entourée par la Senne (1).

    En 580, Saint-Géry (2), êvèque de Cambrai y aurait construit une petite chapelle. Cette dernière deviendra plus tard l'église Saint-Géry où l'on conservera précieusement les reliques de Sainte-Gudule.

    Ces reliques seront par la suite transférées dans l'église Saint-Michel qui deviendra plus tard la cathédrale Saints-Michel-et-Gudule.

    C'est dire l'importance de ce quartier dans l'histoire de Bruxelles.

    Mais si vous cherchez l'église Saint-Géry, vous serez bien déçus ! Il y a déjà longtemps qu'elle a été démolie... (3)


    26. Saint-Géry à Bruxelles








                                             L'église Saint-Géry en cours de démolition...

                                             Messidor de l'an 7 (juillet 1799)


     

    Mais entrons vite dans ces Halles... Ce grand quadrilatère est muni de quatre portes situées dans chacun de ses angles.

     

    26. Saint-Géry à Bruxelles


    Au-dessus des portes apparaît la date de construction de ce bâtiment : 1881.

    L'esprit de l'architecture de l'époque s'inspire des édifices de la Renaissance flamande : c'est ce qui explique l'alternance des briques et des pierres bleues des façades.


    26. Saint-Géry à Bruxelles

     

     




     

    26. Saint-Géry à Bruxelles

     

     

     

     

     

     

     

    26. Saint-Géry à Bruxelles

     


     



     

     




     



     

    L'intérieur est d'emblée sympathique. A l'époque, on opte pour des matériaux nouveaux : le verre et le fer. De fines colonnes soutiennent une charpente en fer d'une portée de près de douze mètres et la verrière laisse entrer une généreuse lumière naturelle.

     

    26. Saint-Géry à Bruxelles

     

     

     

            

    26. Saint-Géry à Bruxelles

       

     

     

     

     

     

     

     

      

      

     26. Saint-Géry à Bruxelles

     

    Il me reste à vous expliquer l'origine de la curieuse pyramide autour de laquelle semble s'articuler l'âme de ces halles. 

     

    26. Saint-Géry à Bruxelles



    26. Saint-Géry à Bruxelles



     

     

     

     



     

     



     

     

    Après la disparition de l'église Saint-Géry, la ville de Bruxelles aménage à son emplacement une place publique. Au milieu de cette dernière, on installe une fontaine surmontée d'un obélisque datant de 1767 provenant de la cour de l'abbaye de Grimbergen (4).


    26. Saint-Géry à Bruxelles


     


    26. Saint-Géry à Bruxelles

     











    L'endroit a été utilisé comme place de marché durant presque un siècle. La fontaine a ensuite été incorporée au bâtiment qui devient alors le Marché Saint-Géry.

     

    26. Saint-Géry à Bruxelles

     

     

     

     

     

     

     

    26. Saint-Géry à Bruxelles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    A l'intérieur du bâtiment, on peut facilement se souvenir des gens qui ont travaillé en ces lieux... Ici et là, mille détails peuvent encore raconter aujourd'hui la vie et les activités d'une époque déjà depuis longtemps oubliée...


    26. Saint-Géry à Bruxelles

     26. Saint-Géry à Bruxelles

     

     

     

     

     

     

    26. Saint-Géry à Bruxelles26. Saint-Géry à Bruxelles

     

    Un rapport de police du 24 juin 1917

    Bruxelles est alors occupée par les Allemands et la Ville fait ce qu'elle peut pour résoudre

     le problème de la pénurie alimentaire durant la Grande Guerre...

     

    'Journellement, de 9 heures du matin à 7 heures du soir, le Comité National d'Alimentation

    vend  aux  Halles Saint Géry  du poulet  destiné aux habitants  de Bruxelles et  Faubourgs.

    Une  file de plusieurs  centaines de personnes, s'allongeant  jusqu'au  Boulevard Anspach,

    exige  la  présence  de  plusieurs  agents,  alors  que  quatre  membres  du  personnel, aidés

    également  par  un  agent,  surveillent  les quatre  issues  du marché  Saint Géry, aux  fins

    d'empêcher les personnes récalcitrantes d'entrer sans faire la file.' (3)

     

    Que fait-on aujourd'hui dans ces Halles chargées d'histoire ? Entrons ! Vous serez surpris par l'ambiance qui y règne... Ici, on peut boire un verre dans un endroit calme et lumineux... On peut même jouer aux échecs avec les amis...

     

    Et autour de vous, d'autres visiteurs en quête de découvertes artistiques ou architecturales vont et viennent tout en respectant la tranquillité de cet îlot d'apaisement... Il est vrai que de nombreuses et intéressantes expositions y sont régulièrement organisées.

     

    26. Saint-Géry à Bruxelles


    Une fois ressourcés, nous pourrons de nouveau affronter la ville...

    Non loin des Halles, c'est l'îlot de l'auberge du Lion d'Or qui nous accueille. Ce dernier a échappé de peu à la démolition dans les années 1980. Aujourd'hui, il a été rénové : on y trouve de nombreux logements et de bien sympathiques cours arborées.

     

    26. Saint-Géry à Bruxelles  







     

     

       L'îlot de l'auberge du Lion d'Or rénové et bien accueillant. 

       Toute proche, la silhouette d'une église...

       Espérons qu'on puisse la visiter tout à l'heure...

     

    A l'intérieur d'une cour, on peut même y voir la reconstitution d'un tronçon du lit de la Senne. Veillons toutefois à ne pas troubler la quiétude des habitants du lieu...

     

    26. Saint-Géry à Bruxelles   

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Reconstitution d'un tronçon du lit de la Senne.

     

    26. Saint-Géry à Bruxelles

     

     

     

    Pauvre Senne... C'est Baudelaire (1821-1867) qui la décrit durant les dernières années

    de sa vie dans son peu élogieux 'Pauvre Belgique', oeuvre restée inachevée.

     

    Parmi les choses sales :

    La Senne, qui ne pourrait pas, tant ses eaux sont opaques, réfléchir un seul rayon

    du soleil le plus ardent.

    Assainissement de la Senne.

    Un seul moyen, c'est de la détourner, et de l'empêcher de passer par Bruxelles,

    où elle sert de vidange aux latrines. (3)

     

     

    Quittons cet endroit pour nous diriger vers l'église voisine dont nous parlions tantôt. 

     

    26. Saint-Géry à Bruxelles

     

     

     

     

     

     

     

    26. Saint-Géry à Bruxelles

     

       

     

     

     

     

     

           

     

     

     


    Il s'agit de l'église de Notre Dame aux Riches Claires. Combien de fois suis-je passé par ici sans jamais pouvoir la visiter ! Aujourd'hui, c'est jour de chance : L'église est ouverte ! Entrons vite !


    26. Saint-Géry à Bruxelles




     


    26. Saint-Géry à Bruxelles

     



     

     


     

     


     

     

     

     

    Si vous le voulez bien, juste un petit mot sur cette église ! Les Riches-Claires que l'on appelle également les Clarisses Urbanistes sont des religieuses d'un Ordre fondé par Sainte Claire d'Assise (1194-1253). Elles s'établissent à Bruxelles en 1343 où elles fondent un couvent situé près de la Porte de Hal. Elles y restent jusqu'en 1588, année durant laquelle les Gueux (5) brûlent leurs biens.

    Elles décident alors de construire une nouvelle église et le premier septembre 1665, la première pierre est posée. Le maître d'oeuvre est un disciple de Rubens : il s'appelle Luc Fayd'herbe. L'église est consacrée le 20 décembre 1670.

     

    26. Saint-Géry à Bruxelles

     

     

     

     

     26. Saint-Géry à Bruxelles

     


     

     

     






     

     

     

     

     

    Durant la Révolution française, les religieuses sont expulsées de leur couvent. L'église devient alors un magasin militaire et les autres biens sont vendus comme biens nationaux. L'édifice échappe néanmoins à la destruction et il retrouve son caractère de lieu de culte en 1806.

     

    26. Saint-Géry à Bruxelles

    L'église des Riches Claires à la Belle Epoque...


    Malheureusement, en 1989, l'église a été la proie des flammes et cela a entraîné la perte du mobilier et de précieux tableaux. La restauration de l'intérieur est en cours actuellement.

     

    26. Saint-Géry à Bruxelles

    Ancienne cloche dont le mouton est calciné.


    Mais l'église d'aujourd'hui vit ! On y célèbre même des offices religieux en espagnol et la classe d'orgue du Conservatoire Royal de Bruxelles s'y est installée. Elle dispose en ces lieux d'un nouvel instrument  construit par la Manufacture d'orgues de Bruxelles.

     

    26. Saint-Géry à Bruxelles


    Il est déjà temps de quitter ce quartier tout plein d'histoire...

    Juste le temps de regagner la gare de Bruxelles-Central... Mais une belle lumière d'automne illumine les détails des édifices de la Grand-Place... Alors, pourquoi ne pas en profiter avant la fin de la journée ?


    26. Saint-Géry à Bruxelles

    26. Saint-Géry à Bruxelles

     











     

    26. Saint-Géry à Bruxelles


    ______________________________________________


    Notes


    (1) La Senne (à ne pas confondre avec la Seine !) est une rivière longue de 103 kilomètres. Elle prend sa source à Naast non loin de Soignies en province de Hainaut et elle se jette dans la Dyle à Heffen près de Malines en province d'Anvers. Ses eaux ne tarderont pas à rejoindre celles de l'Escaut.


    (2) Saint Géry en latin Gaugericus est né à Yvois (aujourd'hui Carignan dans les Ardennes françaises) vers l'an 550. Il est évêque de Cambrai et il remplit pendant près de quarante ans tous ses devoirs : détruire les idoles, bâtir des églises et s'occuper activement des prisonniers, captifs de guerre et esclaves. Il est mort un 11 août vers l'an 620. Il est alors inhumé dans l'église Saint Médard de Cambrai.


    26. Saint-Géry à Bruxelles

     








     Il est invoqué principalement pour la libération des prisonniers, contre les 'troubles des

     humeurs', les maladies infectieuses et les maux de dents.


     Dans le Brabant wallon, un village lui est dédié : Saint-Géry dans la commune de

      Chastre.


    (3) Source : SAINT-GERY - Un quartier au coeur de Bruxelles -

    CFC Editions (collection Guides des communes de la région bruxelloise. Saint-Gilles, 2004

    Je ne peux que vous conseiller cet excellent petit ouvrage vendu à l'intérieur même des Halles Saint-Géry.


    (4) Grimbergen est une commune située dans la province du Brabant flamand. Son abbaye est célèbre pour sa bière à haute fermentation qu'il est agréable de consommer avec prudence mais il est important également de savoir que cette abbaye a été bâtie par Saint Norbert de Xanten en 1128. Rappelons que c'est ce même Saint Norbert qui fonde l'abbaye de Floreffe sept ans plus tôt.


    (5) La Révolte des Gueux ou Guerre de Quatre-Vingts Ans est une lutte armée commencée le 23 mai 1568 lors de la bataille de Heiligerlee (Groningen). Elle est menée par les provinces s'étendant aujourdhui sur les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et le nord de la France. Ces provinces s'opposent alors à la monarchie espagnole. Cette guerre se termine par le traité de Westphalie signé le 24 octobre 1648. Les provinces septentrionales gagneront dès lors leur indépendance sous le nom de Provinces-Unies.

    Le nom de 'gueux' fait suite à une remarque du chef des finances Charles de Berlaymont suite à l'alliance des nobles. Il déclare que ceux-ci 'ne sont que des gueux'. Au cours d'un banquet patriotique le 5 avril 1566, les nobles se montrent habillés pauvrement, déguisés en gueux avec une devise : 'pauvres jusqu'à la besace'. 

    On notera aussi que ce Charles de Berlaymont (1510-1578) a été gouverneur et souverain bailli de la ville de Namur en 1554. A sa mort, Don Juan d'Autriche (1545-1578) lui fait célébrer à Namur de somptueuses funérailles. Prince espagnol de la famille des Habsbourg, Don Juan d'Autriche meurt du typhus à Bouge sur les hauteurs de Namur.  Une rue située à proximité de l'église Saint-Marguerite de Bouge en rappelle le souvenir.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :