• 28. Souvenirs nomades à Limerlé

    DECOUVERTES (28)                                         Jean-de-Floreffe - ce mercredi  12 juin 2013

     

     

    SOUVENIRS NOMADES A LIMERLE

     

     

    La saison des découvertes est revenue ! Il était temps ! L'hiver a été long et finalement assez sévère. Le printemps montre timidement le bout de son nez...

    Ce 25 avril 2013, le soleil est généreux et sa chaleur enfin bienfaisante.

    Voici le moment, voici l'instant ! C'est parti !

    Où vais-je donc ? Eh bien, aujourd'hui, c'est une sorte de pèlerinage que je vais accomplir ! Progressivement, au cours de ce petit article, je vais vous expliquer pourquoi je me rends dans la région de Gouvy.

     

    Floreffe-Gouvy... Ce n'est pas une mince affaire en train : il faut que je quitte Floreffe à 5 h 15 pour arriver en gare de Gouvy vers 8 h 40.

    A Namur, je prends le temps de savourer la relative quiétude d'une gare qui va, dans moins de deux heures, recevoir une multitude d'étudiants et de travailleurs motivés...

     

    28. Souvenirs nomades à Limerlé

     

    Un peu plus tard, à Liège, c'est le moment de prendre une photo de ce gigantesque chef-d'oeuvre architectural qu'est devenue la gare de Liège-Guillemins. En prenant la photo, je me demande si cela n'est finalement pas trop ambitieux, trop arrogant même, dans notre monde en proie à de réelles difficultés non seulement financières mais aussi morales...

     

    28. Souvenirs nomades à Limerlé

     

    Mais voilà déjà le train qui m'emmène vers la dernière halte ferroviaire du réseau belge, juste avant la frontière grand-ducale : Gouvy !

    C'est la première fois que je viens ici et le nombre de voies m'étonne...

     

    28. Souvenirs nomades à Limerlé

     

     

    Que je vous précise que je me rends à Limerlé !

    Il s'agit d'un tout petit village situé à six kilomètres de Gouvy.

     

    Dès que je quitte le quartier de la gare, cinq grandes éoliennes me rassurent... Elles me guideront dans les larges campagnes qui s'ouvrent devant moi.

     

    28. Souvenirs nomades à Limerlé

     

    Le calme règne sur la région et cela fait du bien au corps et à l'esprit. Je crois bien qu'aujourd'hui j'entends le silence... Moment magique mais aussi impression étrange car on ne se rend plus compte du bruit infernal qui règne en maître absolu dans nos villes et malheureusement aussi dans nos villages...

    Et quand ce généreux silence reprend vigueur, l'heure est alors à la contemplation de tout ce qui nous entoure discrètement. C'est un moment privilégié pour examiner paysages et animaux.

     

    28. Souvenirs nomades à Limerlé

     

     

     

     

     

     28. Souvenirs nomades à Limerlé

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La nature est particulièrement généreuse aujourd'hui et je m'en réjouis. Cela fait partie de mes petits bonheurs quotidiens et, croyez-moi, je les savoure pleinement. Je pense que nous devrions méditer de temps à autre cette pensée de Sitting Bull (1) :

    'La Terre n'appartient pas à l'homme, c'est l'homme qui appartient à la Terre.' 

     

    Le lac de Cherapont est en vue ! Et non loin de lui apparaît l'Ourthe orientale.

     

    28. Souvenirs nomades à Limerlé

     

     

     

     28. Souvenirs nomades à Limerlé

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ah ! L'Ourthe orientale et sa soeur l'Ourthe occidentale (2) ! Que de souvenirs de ce temps où les instituteurs nous conviaient à remplir les cartes muettes d'un pays encore bien énigmatique pour nous, pauvres petits Belges !

     

    Mais entrons donc dans le petit village ! 

     

    28. Souvenirs nomades à Limerlé

     

    Nous voici dans la rue principale du village... Qu'il est bon de faire une comparaison entre le Limerlé d'hier et celui d'aujourd'hui !

     

    28. Souvenirs nomades à Limerlé

    28. Souvenirs nomades à Limerlé

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Voyez-vous cette grande bâtisse au premier plan à gauche ? Eh bien, c'est pour elle que j'ai fait le voyage aujourd'hui ! 

    J'y suis venu pour la première fois un soir du mois de mai 2009. Il faut que je vous raconte tout cela...

    Dans notre école, l'année 2008-2009 avait été particulièrement difficile... Les professeurs découvraient beaucoup d'élèves à bout de souffle.

    Nos jeunes avaient-ils perdu le désir d'apprendre ? Mes deux collègues Carine et Laurent se posaient également cette question.

    Tous les trois, nous étions à la recherche d'une autre forme d'enseignement, en quête d'une autre école. Nous cherchions un endroit où l'on pouvait travailler 'autrement' tout en essayant d'éveiller et de maintenir ce désir d'apprendre... La 'Pédagogie Nomade' de Limerlé était cette école.

    Ce jour-là, nous avons rencontré deux jeunes filles : Fanny et Mathilde. Elles nous ont guidés gentiment dans cette surprenante école qui ne ressemblait en rien à la nôtre. Ici tout était différent... Les salles de cours étaient simples, le matériel pédagogique peu abondant. Les gens se tutoyaient avec respect et l'atmosphère qui y régnait était tout bonnement humaine ! Il fallait donc que nos deux guides nous invitent à entrer dans ce nouveau monde où tout paraissait trop simple... Nous avons rencontré ce soir-là deux élèves motivées et généreuses qui avaient trouvé ici un nouveau souffle scolaire suite à de douloureux échecs. Elles étaient heureuses de ce qu'elles vivaient ici au quotidien. Elles nous ont alors présenté leur travail de fin d'année. Mathilde avait réalisé une petite brochure sur les éoliennes. Elle proposait avec quatre autres élèves un petit tour d'horizon sur les énergies renouvelables. (3)

    Quant à Fanny, elle s'était associée à Charlotte pour écrire une petite brochure intitulée 'Tutti Frutti' (4). Voilà un livre qui est toujours sur ma table de chevet ! Il m'a marqué à un point tel que je ne résiste pas au plaisir de vous faire découvrir deux petits poèmes en prose.

    Laissons donc Fanny s'exprimer avec un talent que j'apprécie tout particulièrement :

     

    L'élève

     

    Ecrasé par mon ignorance, je m'enfermais dans un puits d'inaction,

    pour ne pas troubler mon esprit vacillant.

    Dans ce monde, j'avais la connaissance absolue. 

    L'agréable impression d'exceller m'inondait.

    Je stagnais dans ces eaux douces et ne laissais rien y pénétrer.

    Parfois, lorsque des échos extérieurs réussissaient à s'insérer dans mon antre,

    c'étaient d'atroces hantises qui me brûlaient.

    Je me morfondais alors dans ma petitesse d'esprit

    et rêvais d'un monde où l'on considérerait enfin mes connaissances

    pour ce qu'elles sont : des ferments fragiles et puissants.

     

     

    La catin

     

    Ma belle tu es à moi ce que la brise est à la nuit.

    Tes cheveux vagabonds s'accordent à ton teint trop pâle.

    Ta bouche trop fine me donne l'impression qu'elle ne s'exprime pas assez.

    Ton corps semble vidé de tout muscle, il ne tient qu'à la force de ton corset,

    de tes vêtements amidonnés.

    Ils te compriment mais te maintiennent.

    Tes chevilles parlent la langue de ceux qui n'ont jamais connu le soleil, 

    coupées en leur milieu par des bottillons de cuir. 

    Deuil de ruminant.

    Ces chaussures usées ont trop marché, c'est ce que dit l'usure de leurs plis.

    Ta longue robe marron est de seconde main.

    Au fur et à mesure que l'on t'observe, on imagine que tes habits te caressent la peau.

    On ne pourrait t'imaginer en d'autres tissus, tu les souillerais.

    C'est ce que tu nous laisses imaginer.

    Ton estime de toi est bien faible.

    Pourtant tu es bien bonne, plus que toutes les autres, à mes yeux.

     

    Voilà des oeuvres qui promettent ! Je ne verrai sans doute plus jamais Fanny mais si elle me lit, qu'elle sache que je l'encourage très fort à continuer sur sa lancée ! 

    Merci à vous deux, aimables demoiselles ! Je vous souhaite une pleine réussite dans vos projets ! Conservez toujours cette soif d'apprendre et de communiquer !

     

     

    Mais l'année scolaire 2009-2010 fut encore plus épouvantable que la précédente... La mienne se termina prématurément au début du mois de mai 2010. Je n'en pouvais vraiment plus... Plus rien n'avait de sens dans ce métier qu'autrefois j'aimais...

    Mais nous avions programmé une nouvelle journée à Limerlé à la fin du mois de mai... 

    A la recherche de quelques énergies nouvelles, je m'y rendis avec mes deux collègues. Le matin, je participai à des travaux de géographie et de biologie sur le terrain. C'est au bord de l'Ourthe que les  élèves de l'atelier effectuaient quelques relevés pour finaliser une petite brochure consacrée à l'environnement.

     

    28. Souvenirs nomades à Limerlé

     

     

    28. Souvenirs nomades à Limerlé

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Cette journée reste l'une des plus interpellantes de ma vie d'enseignant. Je me souviens particulièrement d'Audrey... Nous avions beaucoup échangé sur nos parcours respectifs... Ils étaient si proches car nous avions connu l'échec et nous avions mobilisé nos énergies pour retrouver une joie de vivre et cette soif d'apprendre...

    Au détour d'un chemin, elle me demande tout à coup de lui expliquer simplement la reproduction des plantes à fleurs. Elle reconnaît qu'elle n'y a jamais rien compris. Je lui trace alors un petit schéma et je convie les plantes qui nous entourent à illuminer de leurs couleurs vives mes petites explications.

    Quelle leçon ! Nous sommes là assis sur un vieux tronc d'arbre le long d'un chemin de campagne... Cette jeune femme de vingt ans a envie de savoir et moi, j'ai envie de lui expliquer ! A cet instant,  je prends conscience que c'est cela qui manque trop souvent dans nos écoles : le désir d'apprendre et de communiquer aisément.

    Le cadre apaisant de cette 'classe' improvisée permet ainsi une communication totale et sereine... Quelle expérience ! Je ne sais ce qu'est devenue Audrey... Le temps passe mais si un jour elle lit ces lignes, qu'elle sache que j'ai suivi son conseil : j'ai lu et apprécié Jeanne Benameur (5) ! Je l'encourage également à aller jusqu'au bout de ses nombreux projets.

    Durant l'après-midi se déroule ensuite l'assemblée générale des élèves. C'est un grand moment de démocratie et je peux apprécier la prestation de l'équipe des élèves, devenus pour l'occasion de patients animateurs. Après quelques débats houleux, ils arriveront à apaiser et à mettre d'accord les participants. Dans cette salle construite par les élèves de l'école, il est évident que les talents sont multiples et qu'ils ne demandent qu'à se dévoiler avec ardeur.

     

    28. Souvenirs nomades à Limerlé

     

     

    28. Souvenirs nomades à Limerlé

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Aujourd'hui, la Pédagogie Nomade de Limerlé n'est plus. On a beaucoup écrit à son sujet et il ne m'appartient pas de juger quoi que ce soit. Je voulais seulement revenir dans ce village pour me souvenir que j'y avais rencontré des élèves motivés qui avaient retrouvé le goût d'apprendre et qui  étaient heureux. 

    Cette école était un fabuleux laboratoire de pédagogie et il est indéniable qu'il y avait certainement quelque chose à en retirer pour améliorer un enseignement dans lequel les élèves démotivés sont trop souvent mis sur le côté et perdent à coup sûr ce désir d'apprendre si nécessaire pour construire leur Etre et leur Devenir.

     

     

    Le bâtiment de la Pédagogie Nomade est aujourd'hui occupé par d'autres éducateurs oeuvrant dans d'autres domaines sociaux... Mais une chose est sûre : j'y ai retrouvé le même esprit. Dans la cour de l'ancienne ferme, j'ai parlé longuement avec deux éducateurs. Ils m'ont même proposé des croissants...

    Ensuite mon regard s'est perdu le long des façades et des pignons où subsistent quelques vestiges de cette expérience pédagogique...

    Quelques dessins animent encore les murs et les maximes philosophiques chères à l'école se laissent encore méditer... Souvenirs d'une volonté d'enseigner autrement, d'un désir de changement... 

     

    28. Souvenirs nomades à Limerlé

     

     

     

        28. Souvenirs nomades à Limerlé 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Durant de longues minutes, je lis et relis toutes ces pensées philosophiques (6)...

    Permettez-moi de les lire avec vous car elles décrivent très bien la pédagogie qui a été tentée ici... 

     

    Les vents que les hommes craignent le plus sont ceux qui les découvrent.

    [Ariston (7) et Montaigne]

    Je n'ai point l'autorité d'être cru, ni ne le désire, me sentant trop mal instruit pour instruire autrui.

    [M.D.M]

    On ne tombe pas de toute hauteur ; il en est plus desquelles on peut descendre sans tomber.

     

    C'est l'indiligent lecteur qui perd mon sujet, non pas moi.

    [M.D.M]

    On me fait haïr les choses vraisemblables quand on me les plante pour infaillibles.

    [M.D.M]

    C'est sottise et non modestie que dire de soi plus de mal qu'il n'en est.

    [Montaigne]

    Qui craint de souffrir il souffre déjà de craindre.

    [Montaigne]

    Je veux qu'on agisse, et qu'on allonge les offices de la vie tant qu'on peut, et que la mort

    me trouve plantant mes choux, mais nonchalant d'elle et encore plus de mon jardin imparfait.

    [Montaigne]

    Nous défendre quelque chose, c'est nous en donner envie ; 

    nous l'abandonner tout à fait, c'est nous en engendrer mépris.

    [Montaigne]

    Tout ce qui peut être fait un autre jour, le peut être aujourd'hui.

    [M.D.M)

     

     

    Il est temps déjà de quitter le petit village, les yeux pleins de souvenirs, l'esprit rempli de sagesse et le coeur débordant d'amertume... Quand je suis venu ici il y a trois ans, je ne me doutais pas que cette expérience nouvelle allait s'arrêter brutalement, tout comme ma carrière d'enseignant...

     

     

    Un chemin de campagne me ramène vers le village de Gouvy : c'est l'occasion de penser à autre chose en contemplant les larges horizons de nos paisibles Ardennes...

     

    28. Souvenirs nomades à Limerlé

     

    Le moment est à la calme promenade... Mille petits détails attirent mon attention et en les photographiant, je pense tout particulièrement à vous tous qui lisez ces lignes...

    Voici venu le temps d'un partage de découvertes, un partage d'émotions...

     

    28. Souvenirs nomades à Limerlé

     

     

    28. Souvenirs nomades à Limerlé

     

     

     

     

     

     

     

     

    28. Souvenirs nomades à Limerlé

     

     

     

     

     

     

     

    28. Souvenirs nomades à Limerlé

     

     

    Le village de Gouvy se montre alors si accueillant et il s'efforce de dissiper lentement mes sombres pensées.

    Il est temps que je laisse ici mes souvenirs. Mon pèlerinage se termine mais je me souviendrai longtemps encore des gens de Limerlé. Qu'ils sachent que je ne les oublierai jamais ! 

     

     

    28. Souvenirs nomades à Limerlé

     

     

    _______________________________________________

     

    Notes

     

    (1) Sitting Bull (Bison au repos) était un chef de tribu et un homme-médecine de la tribu des Lakotas Hunkpapas (Sioux). Né vers 1831 dans le Dakota du Sud, il était un des plus célèbres Amérindiens résistants à l'armée américaine. Il a été tué par un policier dans la réserve indienne de Standing Rock le 15 décembre 1890.

    28. Souvenirs nomades à Limerlé

     

     

     

     

     

     

     

     Sitting Bull en 1885.

     

    (2) L'Ourthe est une rivière de Belgique d'une longueur de 165 kilomètres. C'est une rivière qui est issue de la rencontre de l'Ourthe orientale [dont la source est située à Deiffelt (Gouvy)] et de l'Ourthe occidentale [dont la source est située à Ourt (Libramont)]. Cette confluence se situe à Engreux (Houffalize). Les eaux de l'Ourthe rejoignent celles de la Meuse à Liège.

     

    (3) QUELLE AFFAIRE LES EOLIENNES ! Petit tour d'horizon sur les énergies renouvelables.

    Brochure réalisée par Vissers M., Hanin S., Antoine G., Whale F., Senny J-C.

    Atelier des départements Nature et Humanité - 2009-2010, Edition du Chien Noir - Pédagogie Nomade - Limerlé.

     

    (4) TUTTI FRUTTI

    Brochure réalisée par Simon C., Plessers F.

    Pédagogie Nomade 2008-2009, Limerlé.

     

    (5) Jeanne Benameur est une écrivaine française née en 1952 en Algérie. 

    C'est le désir de se transformer qui la pousse à écrire. L'écriture lui permet d'ouvrir de nouveaux horizons. Elle dira : 'Mon pari est que si je suis transformée, mon texte transformera d'autres lecteurs puisqu'on est semblables".

     

    (6) Toutes les citations affichées sur le mur proviennent des Essais de Montaigne. Beaucoup retrouveront ici de belles phrases proposées pour les difficiles exercices de dissertation française... Souvenirs... Souvenirs...

    Michel  Eyquem, seigneur de Montaigne est né le 28 février 1533 à Saint-Michel-de-Montaigne en Dordogne. C'est un moraliste et un philosophe de la Renaissance. Il a également pris part à la vie politique en étant maire de Bordeaux et négociateur entre les partis alors en guerre dans le royaume de France. L'oeuvre de ce philosophe est originale. Il disait volontiers : 'Je n'ai d'autre objet que de me peindre moi-même' ou encore 'Ce ne sont pas mes actes que je décris, c’est moi, c’est mon essence...'

    28. Souvenirs nomades à Limerlé

     

     

    'Je passe dans ma bibliothèque et la plupart des jours de ma vie et la plupart des heures du jour (…) Je suis au-dessus de l’entrée et je vois sous moi mon jardin, ma basse-cour, ma cour et dans la plupart des parties de la maison. Là je feuillette tantôt un livre, tantôt un autre, sans ordre et sans dessein ; tantôt je rêve, tantôt je note et je dicte, en me promenant, mes rêveries que je vous livre.'

     

     

    Michel de Montaigne s'éteint à l'âge de cinquante-neuf ans le 13 septembre 1592 dans son château de Saint-Michel-de-Montaigne.

     

    (7) Dans le chapitre 5 du troisième livre de ses Essais, Montaigne cite Ariston. Il s'agit d'Ariston de Chios, philosophe stoîcien né au IVème siècle avant Jésus-Christ et originaire de l'île grecque de Chios en mer Egée.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :