• 3. Le facétieux nûton Franier

    LÉGENDES D'AUJOURD'HUI (3)

     

     

    3. Franier, le facétieux nûton

     

            LE FACÉTIEUX NÛTON FRANIER

     

                         Le songe d'un après-midi d'hiver...

     

     

     

     

                     A la mémoire de tous les nûtons qui hantent nos bois, nos campagnes, nos logis, nos pensées...

     

     

     

    Qu'il est doux de retrouver l'hiver ! Cet après-midi, la neige s'est mise à tomber en prenant tout son temps. Je me suis approché de la grande fenêtre du salon et j'ai fixé du regard les gros morceaux d'ouate céleste valsant au gré du vent... C'est alors que mes pensées sont entrées dans la danse... L'heure était à la rêverie, moment magique durant lequel seule l'imagination prend le dessus et vous plonge dans une sorte de torpeur libératrice. C'est à ce moment que les songes surgissent...

     

    C'est une voix mélodieuse et lointaine qui m'interpelle... Rêve ou réalité ? Je ne sais pas trop... A quoi bon analyser les choses quand elles procurent du bien-être au corps et à l'âme ?

    Mais voilà qu'à l'intérieur même de mes propres pensées, la voix domine et envahit...

    C'est l'instant de se concentrer !

     

    Tu ne me connais pas mais je sais qui tu es. Je t'ai vu remonter l'autre jour le chemin des pêcheurs dans les rochers de Freyr (1)... J'ai entendu que tu parlais de ton village... Sais-tu qu'il y a bien longtemps de cela, j'ai habité sur les hauteurs de la vallée de la Sambre, au-dessus des rochers qui dominent la petite chapelle Saint Pierre.

     

    3. Le facétieux nûton Franier

     

    Je me présente : mon nom est Floric et je suis un nûton. Tu n'as jamais vu un nûton pour la simple raison que les humains ne peuvent les voir. Enfermés dans leur orgueil, les humains réduisent le Monde à tout ce qui est visible. Seul le jour peut les accueillir. La nuit ne leur appartient pas. C'est d'ailleurs pour cela qu'ils en ont si souvent peur.  La nuit appartient aux Êtres de la Nuit.

    J'habitais dans une petite caverne sur laquelle j'avais placé une haute pierre faite de ce beau calcaire si abondant dans ton village. C'était la porte de mon domaine. J'y avais gravé mon nom et mon numéro de caverne. On pouvait y lire : Floric 1575. C'est devant cette entrée que les habitants de ton village venaient déposer quelques outils à réparer. Il est vrai que je suis un fin bricoleur ! Tout objet déposé à la fin du jour devant ma pierre était réparé dès que le soleil reprenait possession de son Monde. Les gens pouvaient compter sur moi mais ils ne me voyaient jamais... Voilà donc une belle preuve que des mondes différents peuvent se compléter ! J'étais heureux dans ce merveilleux endroit. Mais un jour les humains ont ouvert des carrières en faisant un vacarme que je n'ai pas supporté. Je me suis alors exilé en terre mosane, loin des envahissants humains et sur la pierre de mon ancienne demeure, mon identité s'en est allée à tout jamais.

     

    3. Le facétieux nûton Franier

     

    Aujourd'hui, je te contacte pour te demander des nouvelles d'un de mes anciens voisins. Il s'appelait Franier et il occupait la caverne 1662 (2). Une petite pierre usée par le temps en marquait l'emplacement. Mon voisin était un curieux nûton. Il ne sortait jamais avec ses semblables. Personne ne savait ce qu'il faisait de ses nuits car il avait un sale caractère et il ne parlait pas beaucoup.

     

    3. Le facétieux nûton Franier

     

    Pourtant, par une claire nuit de pleine lune, il se sentit un peu mieux... luné ! C'est ainsi qu'il m'expliqua enfin comment il vivait. Il se vanta de posséder en sa demeure une énorme collection de plus de cent mille outils. Il m'avoua les avoir dérobés aux humains qui avaient eu l'audace de toucher sa pierre avec leur outil (3). Alors, chaque année, le 5 février précisément, dès que minuit sonnait au clocher de l'église de la vallée, il sortait rapidement de sa caverne et allait voler tous les outils concernés. Quand les premiers rayons du soleil commençaient à poindre à l'horizon, il rentrait discrètement chez lui les bras chargés d'outils. Cela l'amusait beaucoup car pour lui, ce n'était pas du vol ! Juste une petite plaisanterie, assurait-il...

    Pauvre Franier ! Son sens de l'humour était déplorable et il n'avait pas conscience qu'il déshonorait ainsi le merveilleux Monde de la Nuit.

     

    3. Le facétieux nûton Franier

     

    Puis-je te demander de monter là-haut voir si mon voisin habite toujours à cet endroit ? Si son nom et son numéro sont toujours inscrits sur la pierre, alors conseille aux villageois de se méfier ! Ce vieux grigou de nûton est encore bien actif ! Explique-leur ce qu'il adviendra de leurs outils durant cette nuit de la Sainte Agathe !

    Enfin, je t'invite à revenir à Freyr. Viens donc me donner des nouvelles de ton village que j'aimais tant autrefois et que je regrette encore d'avoir quitté !

     

    Soudain un bruit terrible me ramène à la réalité du Monde des Êtres du Jour... C'est Sakura le chat du voisin qui vient de faire tomber un pot de fleur sur la terrasse... Peut-être a-t-il voulu aussi entrer dans la sarabande des petits flocons... Ah ! Quel maladroit !

     

    _____________________________________________

     

    Notes

     

    (1) Voir l'article 15 'Les rochers de Freyr' de la rubrique 'Découvertes' dans ce même blog.

     

    (2) Voir l'article 4 'Robersart' de la rubrique 'Floreffe' dans ce même blog.

     

    (3) Cette pierre existe réellement. Il s'agit de la pierre Sainte-Agathe appelée aussi le Beau Borne. Elle servait autrefois de limite entre les seigneuries de Franière et de Floreffe. On disait jadis que celui qui aiguisait son outil sur le Beau Borne le perdait dans l'année.

    Elle a échappé de peu à la trop rapide rurbanisation des hauteurs de Robersart et de Tremouroux. Une maison vient d'être construite à quelques mètres de la pierre. Espérons que les habitants du quartier veilleront à garder cette pierre intacte car elle fait partie intégrante du patrimoine de notre commune. 

     

    3. Le facétieux nûton Franier

      

    (4) A la fin de cette troisième légende d'aujourd'hui, il me paraît important de justifier ce petit travail... Durant mes promenades accompagnées, des enseignants et des étudiants m'ont demandé s'il existait des légendes locales. Ils voulaient ainsi développer leurs talents artistiques en valorisant les endroits remarquables du village sous forme de dessins et de bandes dessinées.

    Je ne connaissais pas beaucoup de légendes ayant pour cadre notre village. Alors j'ai décidé d'en écrire... Fabuleux défi ! J'y arrive lentement en m'inspirant des messages que veulent bien m'adresser les vieilles pierres, les vieux arbres et tous les êtres des Mondes de la Nuit et du Jour si nombreux dans notre village. Certains critiqueront ce travail mais qu'ils se rassurent : je veux simplement alimenter quelques travaux scolaires et ainsi permettre l'épanouissement des intelligences multiples de nos enfants et l'éclosion de nouvelles pédagogies respectueuses des capacités de chaque élève. 

     

    Il me reste à vous donner rendez-vous devant le Beau Borne le 5 février prochain sur le coup de minuit... Peut-être sentirons-nous cette pierre de légende vibrer... Ce sera alors la preuve que le nûton Franier est toujours en activité.

    En attendant cette nuit magique, je n'ai qu'un voeu à formuler : que cette pierre si fragile en bord de route ne soit pas heurtée par un véhicule... 

     

    Jean-de-Floreffe.eklablog.com - ce dimanche 15 décembre 2013

     

    ___________________________________________

      

    ILLUSTRATION

     

     

    Un grand merci à Heike Tiede qui a pu s'infiltrer discrètement

    dans le monde de la Nuit, dans l'univers si étrange des Nûtons...

    Heike est une artiste floreffoise. Elle est aussi 'greeter' dans notre village.

    http://heiketiede.worldpress.com 

     

     

    3. Le facétieux nûton Franier

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :