• 3. Les 20 et 21 novembre 1922

    LE VOYAGE D’ARTHUR LIENART EN CHINE (3)

     


    LES 20 ET 21 NOVEMBRE 1922

     

     

     

    Lundi 20 novembre 1922


    D'un côté, on longe le lac de Lucerne. A cette dernière localité, on attend un bon moment puis on reprend la route par train électrique. Trajet pittoresque. Beaucoup de tunnels. La neige est tombée et il gèle.

    A l'entrée du Saint-Gothard, 30 cm de neige. La traversée du tunnel dure de 15 à 20 minutes.

    De l'autre côté du tunnel, il fait beau... peu de neige et un soleil splendide après le reste de la journée. Au fur et à mesure qu'on avance, la température devient plus douce. Temps calme et serein.

    L'arrivée à la douane italienne : Chiasso, établie en territoire Suisse où l'on vous compte les frais, visites, bagages au taux du franc suisse, soit 300 % plus haut que notre franc et vu que l'on vous rend la monnaie en argent italien au même taux que notre franc... Un peu voleurs... Bon sang ne peut mentir...

    Le train continue son parcours et longe le beau lac de Côme. Cité pittoresque entre toutes. Aspect magnifique. Le train s'engage dans les plaines de Lombardie. Terrain plat, culture de la vigne, du ver à soie et les céréales. Température douce, temps magnifique.

     

    A 2 h 25, nous stoppons : Milan.

     

     

    Liste des articles

     

    Arrêt jusqu'à 11 h 55 du soir avant d'avoir la correspondance pour Trieste. 

    J'en profite pour visiter quelque peu la ville et envoyer quelques cartes postales. (1)

    Belle ville, où toutes les bâtisses sont en pierres blanches. J'ai eu l'occasion de visiter l'église des Saints Anges et de Sainte Marie. Arche du Ciel où j'adresse une fervente prière au ciel.  Je demande par l'intercession de notre mère céleste et les Saints Anges et nos deux petits anges qui sont au paradis (2), la bénédiction de mon voyage, de mes travaux et la conservation de tous ces êtres chéris laissés au pays.

     

    A 11 h 55, départ pour Trieste. 

     

     

     

    Mardi 21 novembre 1922


    Vers 5 h du matin, le train stoppe à Padoue, la ville bénie où se trouve le tombeau de Saint Antoine. A ce moment-là, toutes les cloches sonnent à pleine volée. C'est mardi, le jour favori de Saint Antoine. Je lui adresse une fervente prière et une promesse pour notre conservation et la bénédiction pour mes travaux. J'aurais tant voulu y descendre mais les circonstances ne s'y prêtent pas.

    Le train repart et vers 6 heures rentre à Venise. Il fait assez froid... Il a gelé. 

     

     

    Liste des articles

     

    Vers 7 heures, nous repartons et repassons le bras de mer. Coup d'oeil magnifique... on contourne la baie par l'intérieur des terres et peu après, on traverse l'ancien champ de bataille du Trentin. Peu de dégâts à ces endroits. Les tranchées bétonnées des austro-boches sont encore en grande partie debout. (3)

    Plus on approche de Trieste, plus le terrain devient aride. Ce sont des falaises, et l'ennemi en a profité pour se fortifier. Néanmoins, il a dû céder et le beau Trentin appartient à l'Italie. (4)

     

    A 10 heures 35, le train stoppe en gare de Trieste.

     

    Belle ville. Accidenté. Beau et magnifique port. Les bagages sont mis en dépôt et avec un interprète, je me rends aux bureaux du Logno Triestino pour retirer mes billets de passage. Après quoi, je déjeune et aussitôt après, je dépose mes bagages sur le bateau qui lève l'ancre demain matin à 8 heures. 

    Je fais une courte visite en ville. Très belle ville. Beaux magasins mais où tout est cher comme à Milan. Je visite l'église de Saint Antoine où j'ai assisté au salut à 3 heures. Puis une tournée en ville (la ville haute). Escalier de 150 marches. Visite de l'église des Pères Capucins. Très beaux édifices tant intérieurs qu'extérieurs. Piété remarquable de la population. 

    Après une fervente prière adressée à Dieu, notre divin maître pour les miens et mes travaux, je regagne le bateau où je passe déjà la nuit. Je me couche de bonne heure (6 heures) car les deux nuits et deux jours de voyage m'ont éreinté.


    ________________________________


    NOTES

     

    (1) Ces cartes postales, je les ai retrouvées dans l'album familial... En voici une, destinée à son épouse qui était modiste dans la rue de la gare. 

     

     

    Liste des articles


    Milan            20-11-22

    Je suis arrivé ici à bon port cet après-midi.

    Je repars ce soir à 11 h 50 pour Trieste

    où je compte arriver demain vers 10 h du matin.

    Il fait ici un temps superbe.

    Comme le mois de mai chez nous.

    Embrasse les enfants pour moi

    et des compliments à tous.


    On peut profiter de ce moment pour expliquer que Joséphine, l'épouse d'Arthur était modiste. En quoi consistait ce métier ? Elle s'était spécialisée dans la confection de chapeaux pour dames. Exclusivement féminin, ce métier était fort prisé dans les familles modestes au début du XXème siècle. Il permettait aux filles d'apprendre une activité auprès de certaines personnes du village. C'était une manière de se former à moindre frais. Ce métier permettait aussi d'exprimer sa créativité, son bon goût et il était considéré comme un métier 'propre'.

    Pendant de nombreuses années, la première pièce de la maison d'Arthur a servi d'atelier et de magasin.

     

    (2) Les deux petits anges qui sont au paradis sont en fait ses deux petits garçons décédés en bas-âge. J'ai retrouvé dans les archives familiales deux souvenirs rappelant leur bref passage dans la famille. Les voici :

     

    Liste des articles

    Liste des articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On peut cliquer sur les deux documents pour les agrandir.

     

    (3) Arthur n'est pas tendre vis-à-vis de l'empire austro-hongrois... N'oublions pas que nous sortons à peine de la première guerre mondiale...

     

    (4) Le Trentin est une région qui appartenait à l'empire austro-hongrois et qui a été rendue à l'Italie après la première guerre mondiale. Mais je pense que mon grand-père fait une petite erreur... Le Trentin est une région qui se trouve beaucoup plus au nord. Si vous avez des renseignements sur les batailles du Trentin, dites-le moi...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :