• 31. Au pays de Jean Tousseul

    DECOUVERTES (31)

     

    AU PAYS DE JEAN TOUSSEUL

    Quand Jean tout seul rencontre Jean Tousseul...

     

    Jean Tousseul ! Voilà bien le premier nom d'écrivain que j'ai mémorisé dans ma petite tête d'enfant turbulent, il y a bien des années de cela...

    Il faut que je vous explique ! 

    J'étais un petit garçon fort effacé, peu attiré par les gens et la foule bruyante me faisait peur. Je n'aimais pas les réunions de famille et je préférais m'isoler dans les petits coins du nid familial pour fuir toute cette agitation qui me dérangeait et me mettait bien mal à l'aise... 

    Cette pénible habitude inquiétait mes parents qui m'avait surnommé Jean tout seul...

    Durant toute mon enfance, ma famille aimait me nommer de la sorte et cela ne me dérangeait nullement...

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

    Il faut aussi que je vous raconte qu'il y a deux ans de cela, j'ai eu l'occasion de revoir ma cousine Nadine. Nous nous étions perdus de vue depuis plus de vingt ans... Nous avions tous les deux vieilli et au premier regard, elle me regarda avec étonnement... Quand je déclinai mon identité, elle s'écria vivement : "Ah ! Oui ! Jean tout seul" ! 

    C'est vous dire que j'avais acquis très tôt au sein de ma famille une solide réputation de solitaire endurci... Il est vrai que maintenant encore j'aime la quiétude des petits endroits tranquilles où je peux penser et méditer à mon aise... Que voulez-vous ? C'est mon naturel et je l'assume !

     

    Mais revenons à notre écrivain... 

    C'est beaucoup plus tard que j'allais faire le lien avec l'écrivain Jean Tousseul. Il faudra attendre l'avant-dernière année de mon enseignement secondaire pour qu'André Dulière m'apprenne que cet homme de lettres avait vécu non loin de Namur et que cela valait vraiment la peine de le lire.

    Quand ai-je lu Jean Tousseul ? Après mon cinquantième anniversaire ! Cela a encore été une de ces portes entrouvertes par André Dulière (1). Mais finalement, l'important est de les ouvrir avant de rejoindre le monde de l'au-delà... Il est vrai qu'il y a encore du boulot mais de cette manière, je garde l'espoir de ne point trop m'ennuyer ici-bas !

     

    Ce jour-là, j'avais rencontré le livre 'Images et souvenirs' dans une vitrine des magasins Oxfam (2)... Pour quelques euros, j'ai pu acquérir ce précieux document édité en 1931. Une nouvelle aventure commençait...

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

      

    Merveilleux livre tout empreint de la nostalgie du temps jadis... Il m'attira immédiatement et je plongeai dans un monde proche géographiquement mais que je connaissais bien mal...

    L'écriture de Jean Tousseul est fluide pour mon esprit. Simple avec des mots justes mais recherchés, elle traduit l'âme d'une région et de ses habitants. De surcroît, le livre est beau : ses pages légèrement colorées d'un gris-bleu léger apaisent ma vue et mon esprit...

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

    Voilà donc que Jean Tousseul plaît à Jean tout seul !

     

    Il est de ces livres, il est de ces auteurs qui vous incitent à vous lever, à quitter votre monotonie quotidienne et à vous mettre en route sur des chemins de mémoire apaisants et attirants... Il est clair que 'Images et Souvenirs' et son auteur sont de ceux-là.

     

    En route ! Il est temps que je fasse ce pèlerinage si nécessaire à mon fragile équilibre et à ma vive curiosité. Comme d'habitude, je vous invite à m'accompagner sur ce nouveau chemin de mémoire. 

     

    Il n'y a pas de gare de Seilles, juste un modeste point d'arrêt nommé 'Château de Seilles'... Au bout d'un long quai se dresse un escalier assez raide qui conduit au pont menant au centre du village.

     

    31. Seilles et Sclaigneaux

     

    Et déjà, la tour romane de l'église de Seilles domine le village. C'est une vieille église construite en pierre calcaire. Certaines de ses parties remontent au XIe siècle.

    Elle est dédiée à Saint Etienne. Jean Tousseul l'a souvent décrite dans ses oeuvres.

     

    31. Au pays de Jean Tousseul    31. Au pays de Jean Tousseul

     

     

     

    "Mais voici que l'église soudain se réveille.

    Bim ! Baw !...

    C'est la petite cloche qu'on dirait d'argent qui fait bim ! et la grosse, qui est de bronze qui fait baw !... gravement, parce que la terre, pour recevoir le petit Jésus, a mis sa robe de lin.

    Le temple est un bloc de gel où s'incrustent les rubis de ses vitraux éclairés. Sa perruque de lierre, aux argents vieux, se poudre d'argent neuf. Le clocher prend des airs d'une échauguette en poivrière, au temps de Mme sainte Begge."

    TOUSSEUL, J., Le village gris, Paris, Les Editions Rieder, 1927, p.19. 

     

    Je me dirige ensuite vers la place Jean Tousseul. Rien de plus logique qu'une place de la localité accueille le souvenir de l'écrivain. Son buste me suggère d'évoquer brièvement sa vie.

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

      Jean  Tousseul s'appelle en réalité Olivier Degée. Il est né le 7 décembre

      (tout  comme moi  !) en  1890 dans le petit village de Landenne. Son père 

      s'appelle  Léon  Zénobe  Degée  et   travaillait  dans  les  fours  à  zinc  de 

      Sclaigneaux. Sa mère se nomme Justine Degey.

      C'est en 1895 que la famille s'installe à Seilles en bord de Meuse.

      La  maladie  l'oblige  à  interrompre  ses  études  en 1904. Il devient alors

      autodidacte : il  s'ouvre  à  diverses disciplines scientifiques et découvre 

      les auteurs grecs et latins ainsi que Rousseau, Tolstoï et Rolland (3).

      En 1911,  il  est  ouvrier  carrier  à Seilles. Ensuite, il devient employé à la

      comptabilité de la société.  Il épouse Magdeleine Hubeaux de Seilles.

      Leur fille Yvette naît le 2 avril 1913.

     

    Il  publie  en  1916  Pour mes amis  un recueil de contes et de poèmes.31. Au pays de Jean Tousseul

    Il  quitte  sa  femme en  1920 pour vivre avec une institutrice, Mathilde

    Briamont. En 1921, ils s'installent à Bruxelles. En 1923, il est rédacteur

    au Messager de Bruxelles.  Entre  1927 et 1943, ils habitent à Machelen 

    et c'est là que Jean Tousseul écrit la plus grande partie de son oeuvre.

    En 1933, il  séjourne  à  Paris.  Durant  la  deuxième  guerre, il refuse d'

    adhérer  à  la  Société  des  écrivains  européens  et  à la Communauté

    culturelle wallonne, deux organismes d'obédience nazie.

    En 1943, il revient avec Mathilde à Seilles.

    Atteint d'une affection pulmonaire, il s'éteint le 9 février 1944. 

     

     

    Ma promenade me mène devant la ferme d'Atrive. C'est une construction en moellons de calcaire dont le style est caractéristique du règne du prince-évèque de Liège, Erard de la Marck (4).

     

    31. Seilles et Sclaigneaux              31. Seilles et Sclaigneaux

     

    On exploite encore activement la roche calcaire dans la région. On ne peut ignorer cette industrie : elle recouvre les alentours d'une fine couche de poussière grise. Nous sommes bien dans le village gris dépeint par Jean Tousseul...

     

    31. Seilles et Sclaigneaux   31. Seilles et Sclaigneaux

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

    Je décide ensuite de rejoindre la Meuse... Un peu de fraîcheur ne me fera pas de tort. C'est également l'occasion de surprendre ici et là, quelques vestiges des anciennes entreprises qui ont fait la renommée de la région.

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

    Voilà la Meuse ! Je suis à proximité de la grande écluse d'Andenne-Seilles qui a été construite en 1979.

     

    31. Au pays de Jean Tousseul 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

    "C'est ainsi qu'il fit la  connaissance de Nicolas Prunier,

    le vieux charretier, à la casquette de soie et à la barbiche

    brandie,  qui,  depuis   les  quais  de  la  Meuse, où  l'on

    déchargeait des bateaux  de houille, jusqu'à Petit-Warêt,

    sur  un  parcours  de  huit  kilomètres, disait : "Hue !"  à 

    chaque tour de roue."

     

    TOUSSEUL, J., Le village gris, Paris, Les Editions Rieder, 1927, p.77.

     

    Une longue promenade m'attend... Je voudrais rejoindre le village de Sclaigneaux, là-même où le père de Jean Tousseul était ouvrier. C'est l'occasion d'admirer les rochers et de découvrir les témoins silencieux des industries d'autrefois...

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

     "A  l'âge  de douze ans, hiver, été, dans le gel, sous la pluie, le petiot quittait

     son lit  bien  chaud  dès  cinq  heures  du matin  et  trottait jusqu'aux fours à

     chaux,  en  martelant  de  ses  sabots le chemin durci ou les pierres. Lorsqu'il

     faisait noir, il  partait plus tôt avec son père qui allait jusqu'à Sclaigneaux. Il

     revenait  le soir, le derrière affaissé cassé en deux comme un petit vieillard :

     il avait poussé les brouettiers durant dix heures."

     

     TOUSSEUL, J., Le village gris, Paris, Les Editions Rieder, 1927, pp. 55-56.

     

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

     

     

     

     

     31. Au pays de Jean Tousseul

     

     

     

     

     

     

     

     

     

       

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On ne peut venir dans ce village sans se souvenir des grandes industries qui étaient établies ici. On ne peut oublier les usines Dumont...

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

        Les usines Gustave Dumont et Frères ont occupé

        le site de 1848 à 1970.  On  y  traitait les  minerais

        de plomb et  de zinc.  L'industrie a définitivement

        fermé   ses  portes  en 1978.  Le  site  est  occupé

        depuis par diverses PME.

     

        L'endroit   est   particulièrement   pollué  par   des

        métaux  lourds,  des hydrocarbures et des huiles

        minérales.  Il est en voie de réhabilitation. (5)

     

    Comme j'ai hâte d'aller me promener tout là-haut pour redécouvrir la vallée... La verdure m'attire toujours autant... Je suis en train de penser que toutes ces zones jadis très industrielles sont redevenues bien vertes... Il est vrai que la Nature reprend tôt ou tard tous ses vrais droits, plus fondamentaux encore que ceux du Travail et du Capital.

     

    31. Au pays de Jean Tousseul         

     

         31. Au pays de Jean Tousseul
     



      

     

     

     

     

     

     

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

      < Le ruisseau de Loyisse à Sclaigneaux

      

     "Dans mon pays, il y a  trois rivières : la Gemine, la Fontenalle et  la Velaine.

      Vous  ne  les  découvrirez  pas sur  la carte et  pourtant ce sont trois  franches

      rivières qui vont  directement à la Meuse et dont les eaux coulent vers la mer

      nue après avoir vécu chez nous, sous nos arbres, au pied de nos rochers, sous

      nos  petits  ponts  et nos  routes.  Je  les  aimais : elles  vivaient,  elles  étaient

      fraîches  et  timides, j'aurais voulu retenir leurs eaux comme un trésor auquel

      les  étrangers  n'avaient  pas droit  et lorsque je  les voyais  se perdre  dans  le

      fleuve  énorme,  mon  coeur  se  serrait parce  que personne ne reconstituerait

      leur lent vagabondage qui avait embelli le visage de mon village."

      TOUSSEUL, J., Images et Souvenirs, Liège, G. Thone Ed., 1931, pp. 105-106.

     

    Il est temps que je monte au-dessus de la vallée de la Meuse. Un petit chemin me conduit sur les hauteurs de Sclaigneaux. Voici venu le moment d'entrer dans un nouveau monde : celui des espaces naturels... Me voici donc dans la réserve naturelle de Sclaigneaux.

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

       A deux  pas du centre de Seilles, cette réserve naturelle de 50 hectares

       est très intéressante. Elle mérite largement une visite.

       L'activité  industrielle de traitement du zinc et du plomb dans la vallée a

       profondément transformé le paysage de ce site.

       Retombées  de pluies  acides, intoxication du sol par les métaux lourds,

       surpâturage des moutons ont fortement marqué ce petit territoire.

       A  certains  endroits   ne  peuvent  pousser  que  quelques  espèces  de

       lichens et de graminées.

       Heureusement,  depuis 1974,  l'endroit a attiré l'attention des défenseurs

       de la nature. C'est ainsi que depuis le 30 janvier 1980, le site est devenu

       une réserve naturelle.

      

    31. Au pays de Jean Tousseul

      

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

     

     

     

     

     

     

      Les pelouses calaminaires de la réserve de Sclaigneaux

     

    Il est grand temps de quitter cette belle réserve et de repenser à Jean Tousseul. Je me dirige alors vers Landenne. En étant attentif, il est aisé de retrouver la trace de notre écrivain ! 

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

     

     

     

     

     

     

    Agréable  village  de  deux  mille  habitants, Landenne  que l'on

    nommait autrefois Landenne-sur-Meuse est un endroit paisible.

    L'origine  de  son nom  viendrait  du  germanique et signifierait

    terre du grand terrain.

     

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

     < la maison natale de Jean Tousseul

     

      "La maison où je suis venu au monde est toujours  debout :

       une  toute  petite maison  sans largeur,  collée à  sa voisine

       le pignon  borde la route.  Je n'en ai gardé aucun  souvenir

       puisque j'y ai vécu dans les ténèbres bleues de la première

       enfance." 

              TOUSSEUL, J., Images et Souvenirs, Liège, G. Thone Ed., 1931, p.63.

     

    L'église Saint Remy apparaît soudain. Il s'agit d'un édifice classique en moellons de calcaire, construit en 1760-1761 par le chapitre Notre-Dame de Sclayn qui détenait les dîmes du lieu (6). C'est dans le cimetière proche de l'église que l'on peut aisément retrouver la tombe de Jean Tousseul.

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

      

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il ne me reste plus qu'à traverser les belles campagnes de Landenne pour redescendre vers les rives de notre belle Meuse. 

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

    Après quelques errances, je m'approche du quartier du Tramaka. C'est un petit vignoble qui m'accueille à la sortie des grandes campagnes. C'est l'occasion de rappeler que Jean Tousseul évoquait les vignobles mosans alors en déclin. Qu'il se rassure : la vigne a fait son retour en force un peu partout en pays wallon !

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

      "Vins chenus du Vigna et de Reppe, quelle couleur aviez-

      vous ? Etiez-vous dorés et mousseux ?  Possédiez-vous les

      teintes  vermeilles  et  riches  des  vins rouges ? Etiez-vous

      onctueux  et  doux  ou  sournois  et  violents ? Comment se

      perdit  cette  culture  que  nous  avaient léguée les Gaulois

      qui   la   tenaient   eux-mêmes   des   Phocéens   ?   Doit-on

      attribuer  la  disparition  de  nos  vignes  aux perturbations

      climatériques  ou à l'industrialisation du pays ?

    Bons  vins  de  Seilles,  n'est-ce  pas  à  vous  que  nos fils doivent leur bonne humeur et leur génie - un génie

    mineur, si l'on veut - qui nous raconta notre dix-neuvième siècle en chansons ?"

     

    (Extraits de l'oeuvre de Jean Tousseul - Source : brochure 'Promenades Jean Tousseul' réalisée par les "Amis de Jean Tousseul", le Foyer Socio-Culturel du Grand Andenne, le Syndicat d'Initiative, l'Echevinat du Tourisme de la Ville d'Andenne et le Club de Marche 'Les Lum'çons' de Namêche)

     

    Je retrouve déjà le village gris où certains noms de rue rappellent les riches activités industrielles du passé... 

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

     31. Au pays de Jean Tousseul

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les vieilles maisons grises sont toujours bien présentes... Peut-être se souviennent-elles encore de Jean Tousseul qui les a si bien décrites ?

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

    Je décide alors de redescendre vers la vallée de la Meuse. Les industries du XXIe siècle apparaissent... L'industrie wallonne n'est donc pas morte ! Pourtant quand on lit les nouvelles dans la presse, on a souvent l'impression que notre économie est moribonde...

    Ici, c'est une fonderie qui se faufile dans le paysage entre sommets boisés et Meuse. Là, d'autres sociétés se sont rassemblées pour composer un grand parc industriel... Et plus loin, vers Huy, les panaches de vapeur d'eau de la centrale nucléaire de Tihange élaborent vivement des nuages.

    Soudain, je retrouve la ligne Namur-Liège et je me demande encore pourquoi on ne l'utilise pas plus souvent pour le transport des marchandises... Et puis, quand donc sortirons-nous du nucléaire ?  Voilà encore autant de ces nombreuses remises en question auxquelles sera plus que rapidement confrontée notre société wallonne ? 

    Wallonie, pourras-tu encore donner du travail à tes enfants ? Sauras-tu aussi rendre espoir à tes habitants tourmentés par un monde qui ne pense plus qu'à l'argent et à la rentabilité ?

    Wallonie... Ne nous laisse pas tomber ! 

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

      

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

    Un peu plus loin, je m'arrête devant une ancienne ferme. Combien de temps va-t-elle encore résister au temps et à la folie immobilière ? En attendant, elle me laisse l'occasion de me rappeler que jadis ici cohabitaient carrières, mines, industries, exploitations agricoles... Le village se montrait alors gris mais n'était-il pas finalement multicolore par ses nombreuses activités humaines ?

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

    Un peu plus loin, je rejoins le quartier de Reppe. Voilà encore un petit endroit bien sympathique : un ensemble harmonieux de belles maisons bâties de grès et de pierre calcaire protège une petite chapelle.  Mais cet édifice est bien plus qu'une chapelle ! Ne possède-t-elle pas trois nefs, un choeur et même une sacristie ? Tout cela contribue à la reconnaître comme une des plus petites églises de Belgique. Dédiée à Saint Martin, sa construction remonterait à l'année 1050.

    Même au sein des grands univers industriels se cachent parfois d'antiques et remarquables trésors...

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

    Les 21 et 22 décembre 1880, la Meuse était en crue et elle osa rendre visite à Saint Martin... Le mur de l'édifice recèle encore une petite plaque commémorant l'humide rencontre. 

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

    Jean Tousseul évoque lui aussi ces inondations qui ont marqué la vallée et ses habitants.

     

    "Cependant la plus belle histoire de grand'mère était le récit d'une débâcle de la Meuse dont elle gardait un triste souvenir : la petite maison de ses parents avait été abîmée par les eaux et les glaçons, et la chèvre noyée dans l'étable. En ce temps-là, grand'mère demeurait au bord de l'eau, au pied des rochers brunis par l'oligiste (7) du pays. Le fleuve coulait, énorme et lent, à cent mètres du seuil. Cette année, il fut pris sur le tard par le gel : les paysans allaient d'une rive à l'autre, tout heureux de rendre visite à la parenté sans recours au passeur ; puis des tombereaux succédèrent aux piétons et finalement un chariot à quatre chevaux, chargé de fumier, se risqua sur la glace et la traversa sans accident."

     TOUSSEUL, J., Images et souvenirs, Liège, G. Thome Ed., 1931, p. 49.

     

    Revoilà donc la Meuse, aujourd'hui paisible sous le soleil d'été... Je vais donc regagner le centre du village gris en longeant le cours d'eau. Vous savez que j'aime me promener le long des rivières et des fleuves.

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

    On peut croire que ce genre de balade est monotone. Il n'en est rien !

    D'abord, il y a les promeneurs que l'on croise : ils sont souvent plus aimables que les badauds des trottoirs des villes... Car ici, la détente est de mise et cela facilite grandement la communication humaine. Un petit bonjour n'a jamais fait de mal !

    Ensuite, on peut observer attentivement les bateaux. C'est toujours plaisant de regarder ce qu'ils transportent, d'apprécier l'originalité des noms et de constater que l'Europe est bien présente, là, à quelques mètres de nos bourgs. Osons donc faire un petit signe de la main aux bateliers ! Vous serez surpris de leur sens du contact.

    Enfin, il y a les oiseaux et autres habitants des berges. Soyons discrets ! Vous verrez ainsi tout un monde qui s'anime et ne demande qu'à vivre en paix... au fil de l'eau... 

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

     

     

     

     

     

     

     

      < retour vers le Village Gris. Le grand pont sur la Meuse relie

        Andenne (a gauche) à Seilles qui se situe sur l'autre rive. 

     

    L'écluse d'Andenne-Seilles est en vue... Je reviens tout doucement à mon point de départ. J'ai donc parcouru une belle boucle à travers un territoire méconnu pourtant si proche de mon village.

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

    En entrant dans le village, un château dévoile son architecture... 

    L'origine de ce château remonte peut-être au XIe siècle. Il s'agit d'un grand château-ferme dont le long corps de logis en pierre calcaire date des XVIe et XIXe siècle. L'édifice se situe dans un grand parc entouré d'une haute muraille qui s'ouvre vers la Meuse par un portail néo-gothique en briques.

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

    Au XIVe siècle, il était la propriété de la famille de Seilles. Ensuite, il a hébergé de nombreuses familles qui n'ont pas manqué de laisser des traces de leur passage sur les vieilles pierres.

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Récemment, le château hébergeait une maison de repos et les locaux

    de différentes sociétés locales.

     

     

    Aujourd'hui, sa sérénité est troublée par d'importants travaux mais bientôt, il accueillera dix-neuf appartements.  

      

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

    La journée se termine... J'ai beaucoup marché et j'ai découvert un maximum de choses. Alors, en attendant le train, je m'offre un petit moment de détente et de récupération auprès des étangs de la place de Seilles... 

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

      

    31. Au pays de Jean Tousseul

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le signal est vert...

     

    Dans peu de temps, je quitterai Seilles, le Village Gris de Jean Tousseul

    pour rejoindre Floreffe, le Village Vert de Jean tout Seul...

     

     

    _____________________________________________________________

     

    Notes

     

    (1) On relira l'article 21 'Andre Dulière m'a écrit' de la rubrique 'Vieux papiers de mémoire' dans ce même blog.

     

    (2) Depuis le 27 avril 2007, le Bookshop-Oxfam-Solidarité vous propose des livres de seconde main à des prix très intéressants. C'est une manière de se cultiver en rendant service aux plus démunis.

    OXFAM-SOLIDARITE-BOOKSHOP-NAMUR

    rue Bas de la Place 12-14

    5000 NAMUR

    Le magasin est ouvert du lundi au samedi de 9 h 30 à 18 h.

     (3)

    31. Au pays de Jean Tousseul     

           Ecrivain,  philosophe  et  musicien,  Jean-Jacques  ROUSSEAU  est  né  le 28 juin 1712 à

           Genève (Suisse).

           Il est mort le 2 juillet 1778 à Ermenonville (France).

     

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

           Léon  Tolstoï est  un des  principaux  écrivains de la  littérature russe. Il est né le 28 août

           1828 à Iasnaïa Poliana en Russie et est décédé le 7 novembre 1910 à Astapovo (Russie).

           Ses romans  et ses nouvelles sont intéressants pour leur analyse psychologique et leur

           réflexion morale et philosophique.

     

    31. Au pays de Jean Tousseul

           Romain Rolland  est  un écrivain  français né le 29 janvier 1866  à Clamecy (Nièvre). Il fut

           lauréat  du  prix  Nobel  de  littérature  en 1915. Un idéal  humaniste et la recherche de la

           paix pour un monde non violent l'animaient.

           Il est mort le 30 décembre 1944 à Vézelay (Yonne). 

     

     

    (4)

    31. Au pays de Jean Tousseul

       Né  à  Sedan (Ardennes) le 31 mai 1472, Erard de la Marck était  le cadet de la maison de

       La Marck,  puissante famille d'origine germanique. Depuis le XIe siècle, cette famille n'a

       cessé  d'accroître son influence vers l'Ouest pour gagner le pays de Liège et la France.

       Erard  est  l'initiateur  du Palais  des Princes-évêques  actuel  de Liège.  C'est dans cette

       ville qu'il décède le 16 février 1538. 

     

    (5) Source : www.spaque.be

     

    (6) Sous l'Ancien Régime, la dîme est une fraction variable, en principe un dixième, des produits de la terre et de l'élevage, versée à l'Eglise. Elle a été abolie en 1789.

    (Source : dictionnaire Larousse 1990)

     

    (7) L'oligiste est l'oxyde naturel de fer Fe2O3, appelé également hématite rouge. Il colore souvent les roches sédimentaires et il constitue un minerai exploitable dans certaines régions.

    (Source : dictionnaire Larousse 1990)

     

    Jean-de-Floreffe.eklablog.com - ce dimanche 24 novembre 2013. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :