• 5. A la préférée de mon coeur...

    VIEUX PAPIERS DE MEMOIRE (5)

     

    A la préférée de mon coeur...

     

    A Floreffe, ce 19 mars 1901... Arthur et Joséphine

     

     

    J'ai retrouvé un 'billet doux' écrit par mon grand-père à l'attention de sa future épouse... Surprenante découverte !


    Ce tout petit papier a été rédigé le 19 mars 1901. Plié en deux, c'est un petit document qui semble avoir été précieusement conservé à l'abri des regards indiscrets... Issu d'une époque où l'on prenait encore le temps d'écrire avec délicatesse, il mérite toute notre attention.


     

    6. A la préférée de mon coeur...


    Arthur est né à Biévène. Il est venu à Floreffe pour réaliser des travaux d'électricité. Il faut dire qu'à cette époque, l'électricité est la grande nouveauté dans les demeures. A l'époque, c'est au château de Floreffe qu'il exerce ses talents de technicien.


    Il rencontre donc au village une jeune fille... Elle s'appelle Joséphine et elle habite derrière la chapelle, là-haut sur le tienne Saint-Roch. C'est visiblement le coup de foudre... Ils se marient le samedi 6 mai 1905 à Floreffe.

     

    Mais laissons à Arthur le soin de déclarer son amour à Joséphine... Voici le beau message d'un jeune homme de 23 ans destiné à une toute jeune fille... âgée de 16 ans !


     

    A la préférée de mon coeur...

    ~~~~~~~~~~

    Source vive et trésor de mon coeur

    Joséphine, bien-aimée au doux nom chéri

    Toi que j'aime avec ardeur

    Reçois en ce jour solennel et béni

    Les hommages sincères et les voeux les plus fervents

    Avec l'assurance de mon entier dévouement :

    "Que ton Patron bienheureux qui de loin te protège,

    "Etale un long tapis sous tes pas florissants,

    "Doux et pur comme l'hivernal manteau de neige

    "Qui couvre attendri les arbrisseaux naissants."

    Près de ton coeur ma demeure chérie

    Où je veux vivre désormais.

    C'est là que je puise force, espoir et vie,

    Et je te jure de ne t'abandonner jamais.

    Puisse mon coeur et ses affections sincères,

    Te consoler et te soulager dans tes peines

    Et dans le rude cours de la vie, à tout instant

    N'oublie pas qu'il t'appartient entièrement

    Dans tes joies comme dans tes peines, songe bien à moi.

    Quant à moi, sois toujours sûr que je t'aime

    Et que jamais, non jamais, je ne t'oublierai pas.

    ~~~ 19 mars 1901 ~~~

    ~~~~~~~~~~


     

    6. A la préférée de mon coeur...

    Joséphine et Arthur (signalés par une croix blanche) dans le jardin de la maison

    de la rue de la Gare à Floreffe. Communion solennelle de leur fils Arthur en 1931.



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :