• 5. Les 24 et 25 novembre 1922

    LE VOYAGE D’ARTHUR LIENART EN CHINE (5)

     

     

                LES 24 ET 25 NOVEMBRE 1922

     

     

     

    De bonne heure le matin, au lever du soleil, je suis sur le pont. Temps splendide, ciel clair. Belle journée en préparation. Le navire a la pointe dirigée vers l'est (soleil levant). Nous longeons à une petite distance la côte de l'Istrie (1). Bientôt deux phares sont en vue dans la mer et indiquent aux navigateurs pendant la nuit les endroits dangereux et la route à prendre. Sur la gauche, nous longeons une île rocailleuse, desséchée, très petite.

    Bientôt, la ville de Pola (2) et sa forteresse sont en vue et au-delà le navire tourne vers la gauche, longe l'Istrie et à droite, l'île de Chierso (3).

     

    Souvenirs de voyage

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Tout au fond se trouve la baie ou le golfe de Fiume qu'on n'aperçoit pas encore. Les côtes de toute part sont abruptes, rocailleuses et quasi dépourvues de toute végétation et rarement habitées. Bref, un pauvre pays en perspective.

    Bientôt apparaît au fond dans la brume la ville de Fiume (4) imperceptible encore. Au fur et à mesure que le navire approche, Fiume se dessine plus nettement. Beau coup d'oeil de la mer.

    Sur le côté à droite, je vois une espèce de citadelle, genre la citadelle de Namur mais se résumant à deux petites tours comme des donjons et reliés par des remparts.

    C'est la forteresse de Frangipani (5). A côté se trouve une église dont le clocher domine. C'est l'église de Tersatto (6). Lieu célèbre. C'est sur l'emplacement de cette église (le choeur) que les Anges ont miraculeusement transporté la maison sainte de Nazareth habitée jadis par la Sainte Vierge, Saint Joseph et Jésus enfant, en l'an 1291. En 1294, la Sainte demeure est de nouveau transportée à Lorette où elle se trouve encore (7).

     

    Souvenirs de voyage

     

    Fiume se rapproche. Le pilotage s'amène. Le bateau stoppe et le pilote monte à bord pour prendre la direction du navire. Le bateau du pilotage arbore les couleurs italiennes. Le navire (8) arbore, outre les couleurs italiennes, son pavoi de grande cérémonie. C'est que depuis la guerre, c'est son premier voyage. C'est un navire appartenant jadis aux Austro-Hongrois. Il porte actuellement le nom de la ville célèbre "Fiume" (9). Lentement, le navire entre dans le port qui est assez petit. Les quais sont noirs de monde, il est une heure. Une violente acclamation retentit quand les amarres sont jetées et que le bateau se range à quai.

     

    Souvenirs de voyage

     

    Le patriotisme des Fiumois est ardent et ils ont bon espoir dans leur coeur. Fiume est un port assez petit et se divisant pour le moment en deux parties : le port de Fiume lui appartenant en propre et le port de Barros revendiqué par la Yougo-Slavie. Il est sous la tutelle de l'Italie en attendant la décision de S.d.N. (10)

     

    La même Fiume est également neutre mais les Italiens y exercent la police et la douane. Fiume, célèbre par la randonnée du poète italien Gabriel d'Annunzio (11) et ses 'Arditti' revendique de devenir italien.

     

    Souvenirs de voyage

     

    Pour l'instant et temporairement, la petite ville de Susak dont dépend le port de Barros, est séparée de Fiume et fait partie de la Yougo-Slavie avec la forteresse de Frangipani et Tersatto sur les hauteurs. Mesquinerie que cette (?) politique. Le port de Fiume et Barros exportent du bois. Le navire charge ici du bois pour le port de Soudan (Mer Rouge). On vérifie aussi le grand cylindre de la machine... A noter que le navire sortait de réparation. La réparation sera terminée ce soir et sauf imprévus toujours dans l'ordre des choses possibles, nous partirons vers 8 ou 9 heures. 

     

    Pendant l'arrêt à Fiume, j'en ai profité pour visiter un peu la ville. Le port très petit héberge quelques navires de tonnage moyen. Un torpilleur italien mouille dans le port. La police et la douane sont aux mains des Italiens. Quelques bâtiments assez spacieux et d'un bel aspect appartiennent aux compagnies de navigation.  Une nouvelle église est en construction, d'un bel aspect et portant la statue de Notre Dame de Lourdes en marbre blanc posée dans une niche, en mosaïque bleu ciel. Quelques jolies fresques à figure d'anges, en mosaïque ornent la façade du monument. Le portail et l'escalier d'accès en marbre et pierre d'Italie sont magnifiques. La tour n'est pas encore construite. De beaux magasins où tout est cher. C'est la monnaie italienne qui a cours ici. Un joli petit parc, avec sur la hauteur du promontoire, le palais du gouvernement immortalisé par l'occupation de Gabriel D'Annonzio. Il est en réparation. La façade centrale disparait devant un énorme échaffaudage. Dans l'aile gauche, les appartements occupés par D'Annonzio, on voit deux fenêtres démolies par les obus tirés de la mer par les navires de guerre italiens le sommant de rendre la ville (12). 

    En face du palais, dans le fond de la place devant le promontoire, on a inséré dans le mur d'un immeuble, une plaque commémorative à la mémoire des braves Arditti tombés pour la délivrance de leur ville.

     

    Souvenirs de voyage

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le palais de justice est un bel édifice en pierre blanche de même que le palais municipal, un peu enfermé dans un labyrinthe de petits maisons.

    Une rivière sépare Fiume de Susak, Susak qui est en ce moment à la Yougo-Slavie. Il faut montrer son passeport pour franchir le pont. Les autorités italiennes sont inflexibles à ce sujet mais cependant, très correctes. Ma qualité de belge attire leur attention et mon passeport est remis aux mains de l'officier qui après l'avoir examiné me le remet avec une déférence, me le présentant avec un "S'il vous plaît, Monsieur" parfait et un salut militaire. Je passe le pont et je me trouve en Yougo-Slavie. 

    A gauche du fossé se trouve un escalier de 450 marches qui conduit à Tersatto et Frangipani. Tersatto est un lieu de pélérinage célèbre. La petite église dépourvue d'architecture mais riche en peintures et sculptures relatant divers miracles opérés par la Sainte Vierge. A l'emplacement du choeur a été placée la maison sainte de Nazareth.

    La montée dure 1/4 d'heure, on jouit d'un beau coup d'oeil sur la vallée. Dans les gorges, du roc dépourvu de toutes végétations, quelques usines et la grande route qui monte vers l'hinterland. Près de la mer et perpendiculaire à la vallée et sa route poussièreuse passe le chemin de fer Trieste-Fiume-Spalato (13).

    A côté de l'église de Tersatto, un grand bâtiment municipal est occupé par les troupes italiennes.

    Le soleil descend déjà à l'horizon. Je visite le temple et j'adresse du fond du coeur une fervente prière à la Sainte Famille, la priant de prendre les miens et moi-même sous leur protection. Ma prière terminée, je descends. Le soir tombe. Il ne me reste plus de temps pour visiter la citadelle de Frangipani qui ne paraît pas bien intéressante et je rentre à bord.

    Le départ est remis au lendemain. Je descends de nouveau à terre, le temps est si beau mais je ne tarde de rentrer car l'heure du départ ne paraît pas exacte. Finalement, le navire se met en mouvement pour se placer au centre de la passe et par ses propres moyens gagne rapidement le large. Il est neuf heures et 1/2 du soir.

    Bientôt la ville de Fiume ne paraît plus qu'un petit faisceau de lumière.

    Le bateau longe les côtes abruptes et rocailleuses de la Dalmatie et se rend à Spalato où il fera arrêt pendant 2 à 3 jours pour charger 2000 tonnes de ciment.

    A dix heures, je me décide à gagner le plumard.


    ______________________________________________________________

     

     

    Notes

     

    (1) L'Istrie est une péninsule de l'Adriatique en forme triangulaire pointée vers le Sud. Son territoire est essentiellement compris dans la Croatie, mais certaines parties appartiennent à l'Italie et à la Slovénie.


    (2) Pola se dit Pula en croate. Elle a été une ville très importante pour l'Autriche-Hongrie car elle fut la première base navale de la marine Austro-Hongroise. A l'issue de la première guerre, cette ville devint italienne tout comme le reste de l'Istrie.


    (3) Mon grand-père note Chierso... Il s'agit de l'île de Cres, la plus grande des îles croates. En italien, Cres se dit Cherso.


    (4) Fiume est le nom italien de la ville de Rijeka en Croatie.


    (5) Mon grand-père indique la forteresse de Frangipani mais il devrait plutôt dire la forteresse des Frangipani. Les Frangipani ou Frangipane étaient des comtes issus d'une puissante famille romaine.


    (6) Tersatto, aujourd'hui en Croatie se nomme Trsat. 


    (7) ...Quand la foi soulève les montagnes et... les demeures !


    (8) Il s'agit du navire sur lequel voyage Arthur Liénart, mon grand-père.


    (9) Miracle... J'ai retrouvé la trace de ce navire... Il a été construit en 1899. Il s'appelait à l'époque 'Erzherzog Franz Ferdinand' (Archiduc Franz Ferdinand) et il appartenait à la Lloyd Austriaco en Autriche-Hongrie. Il fut réquisitionné de 1914 à 1922. En 1922, il retourne à la Lloyd Triestino et il est renommé Fiume-L. Il fut mis au rebut en 1931.


    (10) S.d.N. : il s'agit de la Société des Nations. La Société des Nations a été mise en place en 1919 suite à la première guerre mondiale et dans le but de garder l'Europe en paix. Mais l'entre-deux-guerres avec toutes ses misères va lui être fatal... Benito Mussolini a laissé cette phrase célèbre : 'La Société des Nations est très efficace quand les moineaux crient, mais plus du tout quand les aigles attaquent.' La Société des Nations a été remplacée à la fin de la deuxième guerre mondiale par l'Organisation des Nations Unies (ONU).


    (11) Gabriele D'Annunzio était un écrivain italien né en 1863. Il fut un des héros de la première guerre mondiale. C'est lui qui s'empare de la ville de Fiume pour l'offrir aux Italiens tout en chassant les troupes d'occupation anglaises, françaises et américaines. Il occupe la ville en septembre 1919. Il a soutenu le fascisme à ses débuts pour s'en éloigner après. Il décède en 1938.


    Souvenirs de voyage

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    (12) Si vous ne comprenez pas pourquoi les Italiens tirent sur Gabriele D'Annunzio, voici l'explication : D'Annunzio occupe la ville de Fiume à partir du 12 septembre 1919. Il y fonde la 'Régence italienne de Carnaro' en 1920 avec son camarade révolutionnaire Alceste de Ambris. L'Etat libre de Fiume est reconnu grâce au traité de Rapallo en 1920 mais pour une courte durée... D'Annunzio déclare la guerre à l'Italie... La ville se rendra en décembre 1920 après un bombardement effectué par la marine italienne.


    Voici une photo d'Alceste de Ambris ainsi que la couverture d'un de ses livres et on comprendra pourquoi mon grand-père écrivait le nom 'Yougo-Slavie' de cette manière...

     

    Souvenirs de voyage

    Souvenirs de voyage

     

    (13) Spalato est le nom italien de la ville de Split en Croatie.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :