• 6. En remontant le Wéry... (1)

    FLOREFFE

     

    A FLOREFFE, EN REMONTANT LE WERY...

     

    Du Cul-do-ri au Stordoir...

     

    Par ce chaud dimanche d'avril 2011, je vous emmène le long du ruisseau de Floreffe... En 1443, on le nommait 'Ries de Tounion'... Ce qui signifie le ruisseau de la propriété de Tonius. Cette appellation remonterait à la période gallo-romaine. Jusqu'au XVIIIème siècle, on le nommera ry ou ruisseau de Thonion. Par la suite, on l'appelle Wéry, car il se jettait à l'époque dans la Sambre non loin d'un gué situé dans le pachis d'au Wez... (1)

     

    Tous les articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le confluent du Wéry au lieu-dit Cul-do-Ri. Au loin, le pont de Mauditienne et le bois du Nangot.

     

    Nous voici donc au Cul-do-Ri... Rien de vulgaire dans ce nom ! C'est qu'il s'agit de signaler au promeneur qu'il est arrivé au bout du cours d'eau... C'est ici que se rencontrent durant les tièdes soirées estivales les amoureux et les pêcheurs.

     

    Je vous propose de remonter ce petit cours d'eau progressivement vers son lieu de naissance. Mettons-nous donc en route... Une promenade à travers le village mais aussi dans le passé... Ce Wéry promet de nous raconter des histoires surprenantes ! Ecoutons-le donc murmurer !

      

     Tous les articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Les derniers mètres du Wéry avant sa grande aventure avec la Sambre.

     

     

    Première disparition du Wéry... Le voici passant sous la route reliant Floreffe à Franière... Elle a été construite au début des années septante et a permis de soulager la place communale encombrée  par une importante circulation...

     

     

    Tous les articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Tous les articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous voici en route pour la place communale, dite place Roi Baudouin... Nous sommes sur le chemin qui, partant de la place communale, mène à la Sambre... Le Wéry se veut ici charmant en passant sous un petit pont qui relie une maison et son petit cortil.

     

    Tous les articles



    Deuxième disparition... Le Wéry se montre très discret au niveau de la Place Roi Baudouin. En observant bien, nous le retrouvons bien caché derrière son grillage protecteur...

     

     

    Tous les articles 


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le ruisseau semble souffrir de la proximité d'un grand nombre d'habitants soucieux d'évacuer des eaux usées dont l'odeur peut, à elle seule, justifier la présence de bien laides grilles protectrices...

     

     

    Tous les articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le Wéry, proche de la place Roi Baudouin.

     

    Plus haut encore, il passe sous le pont de la rue Oscar Kaisin, emprisonné par les diverses clôtures des propriétés voisines... En ce dimanche ensoleillé de la fin d'un mois d'avril particulièrement chaud, notre ruisseau ne sent vraiment pas bon... Mais pourquoi l'a-t-on chargé d'évacuer les restes végétaux des premières coupes de printemps ? Pourquoi donc les Floreffois le respectent-ils si peu, lui qui n'en finit pas de les bercer ?

     

    Tous les articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    Le Wéry tout proche de la rue Oscar Kaisin.


    Tous les articles

     

    Et voici déjà Soviret... Ce nom désigne un très vieux lieu-dit de Floreffe : en 1289, on parle de Souirey où l'on peut trouver cinq maisons, des cortils et des 'stals' (3). A l'heure actuelle, Soviret évoque la grande et nouvelle place de Floreffe, au pied de l'Abbaye. Notre Wéry la longe timidement.

      

    Tous les articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Tous les articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    A cet endroit, les Floreffois peuvent l'approcher de plus près : un petit escalier de pierres  nous mène au bord de l'eau... Les lourdes marches ont été déséquilibrées par les dernières offensives hivernales. En face de nous se présente une sorte de petit canal : il s'agit de l'évacuation des eaux en provenance de l'abbaye. C'est une voie d'eau ancienne : c'est par là que sortaient jadis les eaux usées de l'abbaye après les multiples usages domestiques et industriels quotidiens.

     

    Tous les articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Tous les articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Suivons donc cette voie qui nous ouvrira les portes du glorieux passé de Floreffe... Nous retrouvons le canal à ciel ouvert dans la grande cour située au pied du bâtiment de l'ancienne bibliothèque de l'abbaye près de l'escalier qui mène à la boutique artisanale. Notons au passage qu'il y a pas beaucoup d'eau dans ce chenal... Nous trouverons une réponse plus loin en amont.

      

     

    Tous les articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Continuons notre chemin et nous arrivons au moulin-brasserie de l'abbaye. S'il est un haut lieu du tourisme à Floreffe, c'est bien cet endroit-là. Mais aujourd'hui, je ne vous parlerai pas de la bière de l'abbaye mais plutôt du triste sort du moulin...

    Sachez, amis touristes, que le moulin médiéval a été démantelé pour vous faciliter l'accès et vous permettre ainsi de vous abreuver du divin breuvage... Allez dans la cour du moulin et observez...

      

    Tous les articles 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La cour est en quelque sorte devenue le cimetière de ce moulin... Cimentées ou laissées à l'abandon, les meules jonchent le sol...

     

     

    Tous les articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Tous les articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un peu plus loin, le touriste découvre un pauvre morceau de bois tout ridé, seul face à l'implacabilité des forces du climat...  Et si le touriste savait qu'il a devant lui l'axe de la roue du moulin médiéval ? Peut-il rester indifférent devant ce vestige d'une prestigieuse histoire, massacré à la tronçonneuse afin de faciliter le passage des visiteurs ?

      

     

    Tous les articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Tous les articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Si vous voulez découvrir le lieu de ce crime patrimonial, il vous suffit de vous approcher du bâtiment : vous y découvrirez l'ancien bief du moulin et le morceau de son axe laissé dans le mur comme une sinistre cicatrice...
     
     
     
    Tous les articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Tous les articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De l'autre côté du moulin-brasserie, on peut découvrir la petite chute d'eau qui mettait jadis en mouvement la roue du moulin. 

     

    Tous les articles

     

     

    Et ensuite, ce tout petit Wéry canalisé pour la bonne cause abbatiale redisparaît sous la terre... Pour le retrouver, il faut se rendre près de l'étang du Séminaire, comme nous disons dans notre bon vieux village. Actuellement, cette pièce d'eau est... sans eau ! Des travaux importants ont été menés pour restaurer le colombier de l'abbaye... Je vous laisse découvrir ce petit monument qui a vraiment été bien restauré et qui montre qu'avec un peu de bon sens, on peut mener à bien des résurrections patrimoniales !

     

     

    Tous les articles

     

     

     

     

     

     


     

     

     

     

     

     

    Tous les articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il est indéniable que cette petite merveille datant du milieu du XVIIème siècle entretient depuis longtemps déjà d'étroites relations avec l'eau de notre Wéry... La restauration a permis de mettre en évidence que ce bâtiment avait quatre piliers. Notre colombier sera donc bientôt revalorisé au milieu de son étang.

     

    Tous les articles

     

     

    Mais ne perdons pas de vue le cours d'eau... Je trouve facilement l'exutoire de cette grande pièce d'eau.

     

     

    Tous les articles 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Je n'ai pas encore bien compris comment l'eau rentrait dans l'étang de l'abbaye... Je me propose de revenir en aval pour suivre le cours principal du Wéry. Je retourne vers le parking de l'abbaye. 

    Je retrouve ainsi notre cher ruisseau dans un lieu appelé Cortil couvert : il s'agit d'un grand terrain qui servait autrefois de potager à l'abbaye. On le disait couvert car il était bien à l'abri des vents ennemis des cultures. Cette grande terre a été traversée par la nouvelle route contournant le centre du village.

     

    Tous les articles

     

    Un peu plus en amont, nous voilà devant une petite cascade ! Les touristes qui garent ici leur voiture l'ont certainement déjà remarquée et entendue.

     

    Tous les articles


     



     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Et toujours vers l'amont, les eaux du Wéry disparaissent sous la route... pour réapparaître bientôt au pied du Tienne Saint Roch.

     

     

    Liste des articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Liste des articles

     

     

    C'est à cet endroit que je découvre le passage par lequel l'eau du Wéry entre pour alimenter la grande pièce d'eau du colombier.

     

     

    Liste des articles

     

     

    Progressons de nouveau vers l'amont : le cours d'eau va disparaître totalement de la vue des Floreffois. Tout en longeant les rochers calcaires du lieu-dit Préat, il va s'écouler silencieusement sous les roues des voitures circulant sur la grande route Namur-Charleroi.

     

     

    Liste des articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Dans cette petite vallée, une maison se souvient encore de ses coups de colère. En effet, le 14 mai 1906, il a provoqué une inondation. A l'entrée d'un restaurant, une pierre rappelle le fait.

     

     

    Liste des articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Liste des articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Quelques centaines de mètres plus loin, on le retrouve dans un milieu plus minéral... Le voici au pied du château des grottes de Floreffe... Il est temps aussi pour lui de retrouver un peu de sérénité : sous la salle d'un restaurant, il coule ainsi des eaux heureuses...

     

     

    Liste des articles

     



     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Liste des articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le Wéry longe une ancienne carrière de dolomie. Cette carrière est aujourd'hui abandonnée mais il reste non loin du ruisseau quelques maisons ouvrières et un surprenant bâtiment qui abritait autrefois les bureaux de l'exploitation.

     

     

    Liste des articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Liste des articles

     

     

    Liste des articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Et le voici au Stordoir... En traversant la route qui mène à Buzet et à la vallée de la Meuse, il se montre plus sauvage... Il est vrai qu'à cet endroit, il a permis aux moines de l'abbaye de développer deux activités économiques.

     

    En 1283, l'abbaye y avait installé une forge. Le lieu s'appelait Folerechmoulin (1). Mais dès 1616, on s'aperçoit que le fourneau cause beaucoup de tort à l'étang situé en aval. En 1682, les archives rapportent que ce fourneau est reconverti en un tordoir.  Que reste-t-il comme souvenir de cette activité ? Non loin de là existait en 1764 un pachit d'au crayat (1). Le pachis wallon est un pré. Quant aux crayats, ce sont des scories. Il s'agit de matières qui échappent à la combustion nécessaire pour le travail métallurgique et que l'on retrouve mélangées aux cendres. Aujourd'hui, tout près du Stordoir, existe une rue des Crayats.

     

    Liste des articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Liste des articles

     

    Liste des articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Mais il faut expliquer ce qu'est un tordoir. C'était une sorte de moulin à huile. A Floreffe, on pressait jadis le colza et les faines qui sont les fruits du hêtre. Le bâtiment que l'on peut apercevoir aujourd'hui était une ferme. Beaucoup de Floreffois la nomme encore 'ferme du Stordoir'. Mais que reste-t-il de ce stordoir ? 

    Le bâtiment est inoccupé actuellement... C'est le moment de jouer au curieux... 

     

     

    Liste des articles

     

     


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Mais occupons-nous de notre Wéry ! Il est là tout fougueux, longeant le tordoir... On lui a donné de la puissance et il se fait entendre le long du bois...

     

    Liste des articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Liste des articles

     

    Liste des articles

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

    Cependant, il n'a pas encore fini de nous raconter son histoire... La source est encore bien loin...

     

     

    ___________________

     

     

    NOTES

     

     

    (1) Sources : 'HISTOIRE DE FLOREFFE' de Jean-Marie Pector - éditions Palate (Mettet) - 1973

     

    (2) Un cortil est un jardin. Nous en reparlerons plus en amont...

     

     (3) Le mot stal peut signifier étal ou écurie. Voir 'Histoire de Floreffe' de Jean-Marie Pector.


    ___________________


    REMERCIEMENTS


    Un grand merci aux médecins de la Maison Médicale PONT DU WERY de valoriser mon modeste travail de partage sur ce blog. 

    Que leur philosophie, clairement expliquée et particulièrement humaine, les guide dans leur travail de construction d'une société plus solidaire et plus sereine !

     

     


  • Commentaires

    1
    Jo
    Samedi 21 Mai 2011 à 19:33

    Merci Jean pour toutes ces informations sur notre si joli village.  Ce que je nommais le "ruisseau" sera donc maintenant le "Wéry".  J'ai encore appris bien des choses; merci :-)  Jocelyne P.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Nicolas Raevens
    Jeudi 11 Août 2011 à 23:00

    Merci pour cette visite originale du Wéry!


    Le "pont du Wéry" est le nom de notre asbl médicale, car le petit pont mignon (5è photo) est situé dans notre jardin et relie la future maison médicale et ce que nous appelons le "Cortil Muré".  Quel plaisir de faire revivre ces noms !


    Nicolas Raevens

    3
    Mercredi 7 Septembre 2011 à 14:58

    En revoyant l'abbaye de Floreffe et son moulin, je ne peux que rendre hommage à mon gand oncle, Mr l'Abbé Jacques FERMINNE, qui y eut différentes fonctions, y compris dans la gestion et les financements des travaux de ces bâtiments. Il était une personne fortement appréciée.


    Vive le Wéry, alors !


    Laurence FERMINNE  -  MALCORPS.


    Psychologue 


     

    4
    Daniel Romedenne
    Mardi 20 Septembre 2011 à 10:05

    Belle évocation d'un lieu de vie charmant. Merci.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :