• 6. La rue Emile Romedenne

    MEMOIRE DES RUES (6)

     

    FLOREFFE - CENTRE

     

     

    LA RUE EMILE ROMEDENNE

     

     

     

    Voulez-vous m'accompagner ? Oui ? Oh ! C'est vraiment génial !


    Car aujourd'hui, je vous emmène dans la rue Romedenne... Elle se situe à proximité de celle où je vis !


    Mais avant d'aller plus loin, il faut que je vous dise que certaines personnes se trompent. En effet, j'entends quelquefois parler de la rue de Romedenne. Bien loin d'être un village limitrophe de notre commune, la localité de Romedenne (1) n'est en rien concernée par cette appellation. Un indice sur la façade d'une maison met fin à toute discussion.


    6. La rue Emile Romedenne










    Qui est donc cet Emile Romedenne ? Une fois encore, c'est au cimetière en Pellemont que vous découvrirez sa tombe. Il s'agit d'un bien jeune habitant de Floreffe né en 1891 et emporté lors des premiers tumultes de la première guerre mondiale le 17 octobre 1914.


    6. La rue Emile Romedenne











     

    6. La rue Emile Romedenne


    6. La rue Emile Romedenne












    Entrons donc dans cette rue... En quittant le long et étroit couloir résidentiel de la rue Hastir, le paysage s'élargit brusquement et la nature reprend le dessus... La végétation triomphe alors : l'herbe, les bois et là-haut, Pellemont et le site de l'abbaye accompagnent et veillent sur la vallée de la Sambre.

     

    6. La rue Emile Romedenne


    A droite, un large paysage se révèle... Le cours d'eau est alors tout proche. Cet endroit est connu de tous : c'est un des terrains de football de la localité.


    Mais voilà déjà qu'un peu d'histoire s'impose en ce lieu car cet endroit s'appelait jadis Pré-le-Comte.


    Dans son livre 'Histoire de Floreffe' (2), Jean-Marie Pector nous signale qu'en 1289, on a écrit preit le conte. Cette appellation montre l'appartenance des prés au comte de Namur, il y a bien longtemps déjà. Il s'agirait d'un des plus anciens lieux-dits de notre village. 

     

    6. La rue Emile Romedenne


    Progressons attentivement vers le centre du village : voyez comme la rue se profile comme un grand S pour atteindre doucement la place du centre du village. 


    Voici venu pour moi le temps de me souvenir des commerces existant autrefois dans cette rue... Il est vrai que j'y passais tous les jours pour me rendre à l'école primaire... Les commerces se succédaient et je me souviens des années soixante... Un commerce de vins et liqueurs ainsi qu'une pompe à essence tenus par les parents de mon ami Pierre, une toute petite librairie qui n'avait même pas de vitrine digne de ce nom, un minuscule commerce de vêtements, un magasin de décoration et de peinture où il y avait un poisson rouge dans un bocal atrocement sphérique et qui me faisait beaucoup rire quand j'étais très jeune, deux épiceries, un coiffeur, une pharmacie, une quincaillerie, un magasin de chaussures, un café et plus tard encore, quand beaucoup de ces commerces avaient déjà pris leur retraite, une banque et un magasin d'appareils électriques... Que de souvenirs ! Que de visages ! Que de bonbons achetés en revenant de l'école !


    Dans cette rue, on peut encore voir quelques traces de cette période qui n'a pas franchement marqué le centre de notre village. Je veux parler de ce 'modern style' en cette époque où tout ce qui était arrondi faisait bonne figure de modernisme...

     

    6. La rue Emile Romedenne


    Et puis, il y a eu de profonds changements dans la rue... Au début des années septante, une nouvelle rue est tracée pour éviter le centre du village et rejoindre plus aisément le pont de Mauditienne et le village de Franière... Et de me souvenir de ma maman toute souriante sur un trottoir depuis déjà longtemps disparu...


    6. La rue Emile Romedenne















    6. La rue Emile Romedenne












    Il y a quelques années, c'est finalement un rond-point qui est venu mettre de l'ordre dans cette circulation automobile toujours plus animée et bien moins disciplinée... Orné de trois gros pots entourés de fleurs, il n'a pas toujours fait l'unanimité au sein de la population locale... Mais le temps passe et l'on finit par s'habituer...


    6. La rue Emile Romedenne












    6. La rue Emile Romedenne












    Dernière courbe de la rue... dernière courbe du S...  Nous allons bientôt rejoindre la place Roi Baudoin. 

     

    6. La rue Emile Romedenne


    Juste le temps d'évoquer la mémoire de deux personnes de cette rue... Je me souviens de Marie-José Orban (3). Elle a été une personne importante au début de mon adolescence.  Le père de Marie-José possédait un garage situé juste en face du lieu-dit Pré-le-Comte. Je ne l'ai pas connu. A sa mort, Marie-José a acheté un très grand terrain situé en contrebas du Carmel et elle y a fait bâtir une très grande maison, beaucoup trop grande pour elle, car Marie-José était célibataire. C'était une amie d'enfance de Maman.

    Pour moi, Marie-José n'était pas Marie-José... C'était Teckel. Il faut que je vous dise que Teckel était très active au niveau de la section locale de la Croix-Rouge. Avec mes soeurs, je suivais des cours de secourisme... J'étais devenu 'petit samaritain' et puis 'junior-secouriste'... J'avais aussi changé de nom... Je n'étais déjà plus Jean, j'étais devenu Fox. A l'instar des scouts, nous méritions nos totems.


    6. La rue Emile Romedenne

    La section de la Croix-Rouge de Floreffe lors de la kermesse de l'année 1970... Il fallait montrer l'efficacité des jeunes secouristes en cas d'accident. Cette année-là, quelques chars représentant les diverses sociétés de la localité parcouraient les rues principales du village. Sur le char de la Croix-Rouge, on avait placé une vieille NSU et un vélo... Je conduisais la voiture et ma soeur Anne-Marie était sur son vélo... Et l'accident se produisit (sur le char, bien évidemment)...

    Heureusement, Camille W., secouriste aguerri était sur le char ! Il soigna consciencieusement  ma soeur. Quant à moi, au volant de ma pauvre NSU, il était trop tard : j'étais mort et pour renforcer l'aspect morbide de ma situation, on avait fait couler quelques litres de sang provenant de la boucherie Delmelle sur la portière...

    Quels souvenirs !


    6. La rue Emile Romedenne

     

    Il y avait aussi les camps de la Croix-Rouge... D'abord, au bord de la vieille Sambre à Mauditienne et puis plus tard, sur les hauteurs de Saint Roch... L'occasion de se retrouver pour apprendre à soigner les autres en cas de besoin et à se retrouver en toute convivialité. Sur cette photo, ma soeur Anne-Marie et Viviane W. 

    Quant à moi, je n'assistais déjà plus à ces camps, tout  déçu que j'étais par mes échecs scolaires et par un immense besoin de solitude toujours croissant...


    Ces deux photos m'ont été tout récemment communiquées par Camille W. que je remercie tout spécialement.



    Teckel nous accueillait chaque mercredi après-midi pour nous apprendre à soigner les autres. Elle nous préparait aussi au tournoi annuel des secouristes qui avait lieu dans le parking souterrain du siège de la Croix-Rouge à Bruxelles. La section de Floreffe était une des meilleures. Elle décrochait souvent la première place lors de ce tournoi.


    Agée d'à peine 49 ans, Teckel nous a quittés discrètement un triste jour de l'année 1970... 


    6. La rue Emile Romedenne


















    Une plaque commémorative placée sur une maison proche de la place peut éveiller la curiosité et l'étonnement... Elle nous rappelle un fait marquant dont je me souviens tout particulièrement... René Doumont (4) était pilote de chasse. Il est décédé dans le crash de son avion de chasse à Assesse le 23 novembre 1964.


    6. La rue Emile Romedenne












    A cette époque, j'étais en troisième primaire et toute l'école assistait aux funérailles de René. Il y avait dans l'église beaucoup de monde et surtout plein de soldats bien habillés et bien ordonnés... Il faisait froid mais c'était un vrai régal pour nous, petits gamins insouciants et un peu fous aimant jouer à la guéguerre sur ce champ de bataille qu'était notre cour de récréation... 


    Au cimetière de Pellemont, vous retrouvez aisément la tombe de René. Y est resté témoin depuis tout ce temps l'emblème du 2ème Wing de Florennes avec sa devise latine Ut fulgur sulca aethera... Comme la foudre, traverse le ciel ! ...


    6. La rue Emile Romedenne












    Après tous ces souvenirs, reprenons le cours de notre périple vers la Place Roi Baudouin... La voici déjà en vue ! 


    Là-haut, au-delà de la colline de Pellemont se dresse le clocher de l'abbatiale bien discret dans sa chrysalide de plastique bleu... Vivement les beaux jours afin qu'on puisse le redécouvrir dans toute sa splendeur d'antan !


    6. La rue Emile Romedenne

     

     

    N'oublions de saluer au passage notre belle maison communale si accueillante... Depuis quelques temps, elle a subi beaucoup de travaux bien nécessaires qui l'ont quelque peu rajeunie...


     

    6. La rue Emile Romedenne


    Une dernière photo juste avant de rejoindre la place du village...

     

    6. La rue Emile Romedenne


    ... et une envie de vous parler d'un personnage de la rue : il s'agit du Père Duval.  Il y tenait un café autrefois bien connu : le café des Sports qui portera plus tard son nom.


    6. La rue Emile Romedenne








    A gauche, le Père Duval. 

    A droite, Jean Mathieu.

    Photographie aimablement fournie par Camille W.


    Aujourd'hui, cette maison a été démolie et remplacée par un magasin de fleurs.


    Ainsi va la vie dans les villages...


    Mais une chose est sûre : les souvenirs restent et ne demandent qu'à s'exprimer.


    ___________________________________


    Notes


    (1) Romedenne était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977. Elle fait partie actuellement de la ville de Philippeville dans le sud de la province de Namur.


     

    (2) HISTOIRE DE FLOREFFE de Jean-Marie Pector - Editions Palate à Mettet - 1973.


    (3) Marie-José était née à Floreffe le 2 novembre 1921. Son père Joseph était né à Bolinne le 18 mai 1892.


    (4) René avait trois frères : Jacques, Jules et Jean-Pierre. Ces derniers habitent toujours le centre de Floreffe.



  • Commentaires

    1
    Serge
    Mercredi 14 Mai 2014 à 12:08

    Salut Jean,


    A propos de la rue Romedenne, tu parles de deux épiceries. Avec mon arrière-grand-père qui a habité de nombreuses années au 43 de la rue Hastir, nous allions chaque mercredi (ou jeudi, c'était, je crois, le jour de congé scolaire hebdomadaire à l'époque) acheter entre autre le gruyère qu'elle rappait devant nous et que ma grand-mère ajoutait à mes succulents macaroni. C'était une dame bien souriante (la quarantaire ou cinquantaine). Peux-tu me préciser où était situé cette épicerie qui reste pour moi un de mes meilleurs souvenirs de cette époque magique.


    Merci.


    Serge


     

    2
    Maggy
    Vendredi 29 Août 2014 à 16:42

    ....et je continue de regarder ! Un nom n'a jamais quitté ma mémoire, le docteur Dodion ? Qu'est-il devenu? C'était le médecin de famille ,nous habitions Franière,rue de L'église!Que de fois il est venu pour me soigner.À l'époque il était jeune médecin .Chaque jour il venait pour guider maman dans les soins à me prodiguer.Je me souviens ,j'ai cousu un petit vêtement pour le premier bébé du couple.Qu'est il devenu ?

    Jean vous faites un travail remarquable ,félicitations.

     

     

    3
    Serge
    Mercredi 3 Septembre 2014 à 00:05

    Réponse à Maggy,


    J'ai parlé avec son fils ce lundi 1er sept 2014. Le docteur Dodion se remet plutôt bien d'une maladie sévère.


    Il est en bonne forme puisqu'il sort toujours promener son chien chaque jour.


    Et toujours sur la rue Romedenne, ce même jour, Jacques Doumont, son voisin d'en face, fêtait ses 90 ans.

    4
    Mercredi 11 Janvier à 10:41

    Bonjour Jean,

    En faisant quelques recherches sur René Doumont sur Internet, j'ai découvert ta page, intéressante à bien des égards.

    Je voulais juste te signaler que l'emblème qui se trouve sur la tombe de René Doumont n'est pas celui du 2e Wing (même si 2 Wing y figure) mais bien celui de la 2e Escadrille (Comète), dissoute en 2001, à laquelle il appartenait lorsqu'il est décédé.

    J'en profite également pour lancer un appel aux Floreffois et autres qui auraient des informations ou des documents sur ce pilote.

    Bonne continuation avec ce superbe site.

    Vincent

    5
    BAUDINE JACKY
    Lundi 27 Février à 15:21

    BJ TOUTE MA VIE J AI HABITE AU N 31 RUE ROMEDENNE    MAINTENANT C EST UN COIFFEUR   MON PERE ARTHUR  ETAIT A LA COMMUNE ET  TRES CONNU  C EST LUI QUI EST PARTIS A PARIS ET D AUTRE PERSONNES DECOUVRIR LES  T U R C O S DONC J AI FAIT PARTIE    SUPER EPOQUE  BELLE FAMILLE           HELAS TOUT EST PASSE    AUJOUR D HUI J AI 69 ANS  ET JE ME DEMANDE COMMENT LA TERRE TOURNE    MERCI  JAKY

     



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :