• 7. Deux chorales en 1946

    GENS DE FLOREFFE (7)

     

     

    DEUX CHORALES A FLOREFFE EN 1946...

     

     

    L'autre jour, j'ai encore retrouvé de très vieux papiers dans mon grenier... Ils proviennent d'une farde toute misérable sur laquelle on peut lire 'Chants et Poésies - Marie-Henriette Liénart'. Est-il encore bien utile de vous rappeler que Marie-Henriette est ma mère ?

     

    7. Deux chorales en 1946

    Une pauvre farde usée par le temps... mais remplie de richesses villageoises...

      

    Vous n'aimez pas les vieux papiers ? Ne zappez pas trop vite ! Laissez-moi au moins vous convaincre que le moindre petit papier insignifiant peut avoir une grande importance pour renouer avec un passé plus ou moins lointain... Il a aussi le mérite de nous souvenir des gens du temps jadis... Il se peut même qu'on puisse les avoir connus... Et pour les plus jeunes, voici venue l'occasion de (re)découvrir des ancêtres qui ont été particulièrement actifs dans la vie de notre village !

     

    Par contre, si vous aimez les vieux papiers... savourez vite ce petit article !

     

     

    La carte que j'ai retrouvée dans les archives n'est pas très grande : 14 cm sur 9 cm. Elle semble avoir été élaborée avec les moyens du bord de l'époque...

     

    Côté recto, elle présente le programme musical d'un office religieux pour le... lundi 26 août 1946.

     

    7. Deux chorales en 1946

     

    Le titre nous indique que c'est un hommage à Jésus-Hostie.

     

    L'office religieux de ce jour est axé sur une messe de Marc de Ranse à quatre voix mixtes. Mais qui est donc ce compositeur ? 

     

    Marc de Ranse est né dans le Lot-et-Garonne, précisément à Aiguillon le 20 avril 1881. Maître de chapelle, directeur de chant, professeur et compositeur, il puise son inspiration dans une foi catholique bien enracinée. Entre 1897 et 1901, il est l'élève de Vincent d'Indy à la Schola Cantorum. 

     

    7. Deux chorales en 1946

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Marc de Ranse dans les années 20.

     

    Titulaire de l'orgue Cavaillé-Coll de Saint-Louis d'Antin à Paris, il est mobilisé et fait prisonnier en 1914.  Blessé, il est soigné en Suisse et il y dirige l'Orchestre Symphonique des Internés Alliés durant les années 1917 et 1918. 

     

    Il dirige ensuite l'Institut Grégorien de Paris de 1929 à 1937. Il est décédé dans son village natal le 13 février 1951.

     

    Pour la petite histoire, précisons que c'est lui qui a composé le fameux benedicite si souvent chanté dans les mouvements de jeunesse... "Bénissez-nous Seigneur... et procurez du pain à ceux qui n'en ont pas...".

     

    Mais revenons à cette petite carte... Il faut encore parler du verso... Le voici donc...

     

     

    7. Deux chorales en 1946

     

    C'est ici que l'on découvre qu'il y a deux chorales paroissiales à l'époque : la chorale Sainte Cécile et la chorale Saint-Grégoire... Une pour les femmes et une autre pour les hommes... Il est vrai qu'à cette époque, toute cette fervente assemblée est séparée en deux groupes... Ainsi, dans la nef centrale de l'église, les femmes sont à gauche et les hommes à droite... On n'est jamais trop prudent : le Malin guette le bon peuple de Dieu...

     

     


  • Commentaires

    1
    paulhermand
    Lundi 31 Octobre 2011 à 21:12

    Cher  Jean, Je peux t'informer quand tu veux sur les chioristes ou autres renseignements et cequand tuveux; Amicamelement à toi et tonépouse. Paul

    2
    Jeudi 20 Décembre 2012 à 14:57

    J'ai aussi une partition de 1944 que Jean van de Cauter avait composée et dédiée pour la chorale de Floreffe et l'abbé Heynen …

    Toujours si cela vous intéresse …

    Michel

    3
    martinmax
    Lundi 4 Février 2013 à 17:11

    MARTIN P = MARTIN PAULIN père de MARTIN JOSEPH.

    Le père était maréchal ferrant au Préat et le fils vétérinaire à Saint Gérard

    (Voir ma prose à la rubrique Allo! Florefe écoute ...)

    4
    hoslet georges
    Lundi 11 Février 2013 à 14:28

    je ne trouve pas trace du cercle St georges situé au 2, rue C Giroul, ce sont mes grand- parents qui habitaient là , mon grand-père  était vitrier decauwert.

    5
    Lundi 17 Février 2014 à 20:33

    Bonjoiur, à propos de Colassin J sur la liste de la chorale.

    la famille Colassin, pléthorique à l'époque à Floreffe, il s'agit probablement de Joseph Colassin (sa tombe a été repris récemment)

    Il avait un frère Adelin qui avait été champion de boxe et avait connu un petit gloire  "poids coq" Et aussi parce que cet homme resté simple jouait de l'accordéons aux bals et aux mariages à Floreffe. Son épouse par contre avait décrété qu son mari ne mettrait plus deux fois les mêmes chemises et balançait les chemises portées par la fenêtre!

    Ils avaient une juene soeur écuyère de cirque morte en piste vers ses 20 ans , il y a une très belle photo d'elle dans une des petites chapelles en haut du cimetière. On dirait une blonde actrice américaine de l'époque

     

    Mon grand père Maurice était le cadet, il faut imprésario durant la guerre et travailla avec Charles Trenet et les soeurs Etienne. Il a organisé son dernier concert en 1958 en faisant venir Sidney Bechet à Charlerioi

     

    Si de votre côté vous avez d'autres nouvelles des Colassin de Floreffe, ce sera avec plaisir!

    Celine

     



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :