• 7. Le mystère Chiabrera

    SEQUENCES DE VIE (7)

     

     

    LE MYSTERE CHIABRERA

     

    Enquête familiale et musicale concernant les origines de mon arrière-grand-mère...

     

     

    Venez vite... Que je vous présente mon arrière-grand-mère ! Elle a habité dans la rue Hastir jusqu'au début des années septante... Elle vivait avec sa fille Gabrielle qui était ma marraine et son beau-fils. Elle sortait bien peu de sa maison... Elle était bien mystérieuse, ma vieille Bobonne...

     

    7. Le mystère Chiabrera

    Bobonne Stéphanie lors du repas de ma communion solennelle en mai 1968

     
     

    Je l'appelais Bobonne Stéphanie. C'était une très vieille dame dont le visage buriné par le temps m'inspirait au premier abord plus de crainte que de sympathie... S'appuyant sur sa canne, elle me paraissait si austère. Elle ne me parlait pas beaucoup mais à travers cette communication limitée et réservée, je percevais des liens familiaux bien plus puissants que ne le laissaient présager les thèmes de nos maigres conversations... 

     

    Elle avait épousé Charles Lhoste à la fin du 19ème siècle et le couple avait eu une fille unique : Gabrielle. C'est chez cette fille qu'elle trouva refuge durant les dernières années de sa vie.

     

    Elle se tenait toujours dans son fauteuil non loin de la minuscule cuisine. Elle plaçait toujours sa canne contre la cheminée et sur l'appui de la fenêtre, une petite bouteille de goutte, l'éternelle amie des jours sombres, l'attendait. 

     

     

    7. Le mystère Chiabrera

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une fête d'anniversaire... dans la maison de sa fille située dans la rue Hastir à Floreffe.

     

    A la mort de son beau-fils Léon, les deux femmes se retrouvèrent seules dans la grande maison de la rue Hastir à Floreffe. Au début des années septante, elle entra en clinique pour une opération  à l'âge de 95 ans. L'intervention chirurgicale se déroula correctement mais les reins de ma très vieille Bobonne Stéphanie n'en voulaient plus... Ils ne se remirent jamais en activité... 

     

    Pauvre Stéphanie... On la disait d'origine espagnole... A quinze ans, je ne me posais pas beaucoup de questions sur ses origines... Elle provenait de Farciennes... Les charbonnages... L'immigration... son teint foncé... ses rides profondes... et puis, le nom : Chiabrera... C'est un nom bien peu courant dans nos régions mais cependant teinté de quelque subtilité méridionale... Ainsi naquit l'énigme des Chiabrera...

     

    Car, à l'époque, j'aurais dû constater que certaines choses n'étaient pas si évidentes... Ainsi, Stéphanie ne parlait pas de langues étrangères. Si elle parlait -quand elle le voulait- correctement le français, sa  langue principale était indéniablement le wallon ! Pas celui de Namur... Celui de Charleroi... C'est d'ailleurs grâce à elle qu'aujourd'hui, je comprends aisément cette langue carolorégienne. Quant à son prénom, il était bien francophone.

     

    Mais la mère de ma grand-mère était si vieille... Pendant longtemps, j'ai considéré le prénom Stéphanie comme un vieux prénom destiné à de très vieilles personnes...

     

     

    7. Le mystère Chiabrera

    Un jour de l'an avec mes soeurs et mon frère...

    De gauche à droite, Pierre-Benoît, moi, Bobonne Stéphanie, Anne-Marie, Marraine et Marie-Cécile.

     

    Je pourrais vous dire que l'épisode Chiabrera de la famille s'arrête là, avec l'inhumation de Stéphanie. 

     

    Mais quelques années plus tard, mon père reçut une lettre de Sint-Joost-ten-Node. C'était une lettre de Tante Emilie...

     

    Tante Emilie n'était pas du tout ma tante mais plutôt la tante de ma marraine... Emilie était en fait la soeur de Stéphanie et elle appelait à l'aide... Elle demandait à mon père de l'aider en la faisant admettre dans un home pour personnes âgées à Floreffe. 

     

    Après bien des hésitations, mon père accepta. Il est vrai qu'Emilie n'avait plus personne vers qui se tourner. 

     

    Cette Tante Emilie était aussi une énigme vivante. Elle habitait dans un sombre sous-sol de la rue de l'Ascension juste derrière la gare du Nord à Bruxelles. Si vous avez déjà visité ce quartier, vous comprendrez aisément que Floreffe évoquait tout simplement le paradis pour cette vénérable dame de... 94 ans ! C'est vous dire également que les femmes vivent longuement dans cette famille ! 

     

    Il est des mythes familiaux que l'on entretient par pure méconnaissance des personnes et par manque de contacts humains. Ainsi, on la disait riche... Très riche même... En fait, il n'en était rien. Elle disposait d'un petit capital qui eût tôt fait de disparaître, englouti dans le paiement des factures du home et, plus tard, dans la construction d'une sépulture dans le cimetière des Marlaires à Floreffe.

     

    En quittant sa cave bruxelloise, elle emporta quelques précieux papiers qui me permettent de vous la présenter aujourd'hui... 

     

    Tout d'abord, cet abonnement pour l'Exposition Universelle et Internationale de Bruxelles de 1958...

     

    7. Le mystère Chiabrera

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Voici donc la soeur de mon arrière-grand-mère... Ne dirait-on pas une paisible mais néanmoins sévère institutrice armée de ses lunettes et son chignon ? En fait, elle avait fait des études d'institutrice... J'ai même récupéré un de ses cahiers d'école que je vous présenterai dans la rubrique 'Vieux papiers de mémoire'.

     

    Elle était tellement paisible qu'elle s'est mariée très tard... Trop tard même pour avoir une descendance... Je le sais car j'ai retrouvé son carnet de mariage.

     

    7. Le mystère Chiabrera

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On y découvre des informations intéressantes sur les Chiabrera : Emilie est sans profession et célibataire en 1927. Son père s'appellait Victor Joseph et sa mère Séverine Dessy. Emilie est née à Farciennes le 29 mai 1884.

    Elle épouse ce 9 juillet 1927 un bruxellois nommé Jules Doumont, ouvrier ponceur qui est veuf de Thérèse Meskens. Mon Oncle Jules, comme l'appelait Papa, est né le 9 avril 1885. 

    Tante Emilie était alors âgée de 43 ans. 

     

    7. Le mystère Chiabrera

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'Oncle Jules avait une grande prestance... On l'aurait volontiers vu jouer dans la pièce de Bossemans et Coppenolle. Il n'en reste pas moins que Papa parlait souvent de lui. Jules lui fit découvrir la vie bruxelloise. Comme il était ouvrier ponceur, il initia Papa aux joies des travaux manuels. Papa aimait bien son Oncle Jules.

     

     

    Mais le mystère reste entier... Emilie avait-elle une ascendance espagnole ?

     

    En fouillant dans mes archives, j'ai également retrouvé des avis nécrologiques...

     

    7. Le mystère Chiabrera

       

    7. Le mystère Chiabrera

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ... qui me permettent de réaliser un petit arbre généalogique du côté de chez Chiabrera...

     

     

                                                               Victor CHIABRERA    +     Séverine DESSY

                                                                      (1849-1927)                     (1850-1914)

     

                                                                                    ↓                ↓              ↓

     

     

         Emile CHIABRERA                                    Stéphanie CHIABRERA                     Emilie CHIABRERA

                      +                                                                        +                                                        +

         Herminie MAHAUX                                         Charles LHOSTE                             Jules DOUMONT

        ↓                                 ↓                                                    ↓                                                        ↓

     

    Simone CHIABRERA   Emile  CHIABRERA                    Gabrielle LHOSTE                             pas de descendance

                                                     +                                          +

                                                        ?    RECOIN                           Léon SANDRON

                 ↓                                     ↓                                           ↓

    pas de descendance   pas de descendance                                  Gisèle

                                                                                                                        José qui était mon père.

                                                                                                                         Max

     

    7. Le mystère Chiabrera

    Photo prise à Farciennes. De gauche à droite :  Gisèle Sandron, Papa, Jules Dumont, Emilie Chiabrera,

    Charles Lhoste, Stéphanie Chiabrera, Gabrielle Lhoste, Max Sandron et Léon Sandron.

     

     

    Ainsi se termine la descendance des Chiabrera de Farciennes. Mais mon article n'est pas encore terminé... Il y a des mystères qui, à défaut d'être élucidés, peuvent nous permettre d'étendre notre champ de connaissances... Je vous explique...

     

    Ma grand-mère et sa mère parlaient quelquefois du grand-père de Victor... Elles disaient de ce  lointain aïeul qu'il était un soldat de l'armée de Napoléon... Un soldat français... 

     

    Alors, me direz-vous, et l'Espagne dans tout cela ?

     

    L'année dernière, mon cousin Baudouin qui est un grand amateur d'Italie me confia qu'une ville de ce pays honore la mémoire d'un éminent Chiabrera du temps jadis... Cette ville s'appelle Savona et le célèbre personnage avait pour nom Gabriello Chiabrera.

     

    Continuons donc notre enquête...

     

    Située non loin de Gênes, cette ville de Ligurie possède son Liceo Classico Gabriello Chiabrera et son Teatro Comunale Gabriello Chiabrera.

     

    Je sais ce que vous allez me dire... Non, je ne vais pas vous démontrer que je suis le descendant de cette personne. Je pense que toutes les pistes sont à suivre pour exercer le travail de mémoire...

    En attendant, voilà une nouvelle occasion d'enrichir notre culture générale...

     

    Mais revenons à Gabriello... Il était né à Savona le 18 juin 1552. C'est un poète italien de la fin de la Renaissance.

     

    7. Le mystère Chiabrera

     

     

       

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Gabriello était-il l'ancêtre de... Gabrielle, ma grand-mère ? Mystère...

     

    Il passe son enfance et sa jeunesse à Rome où il étudie chez les Jésuites. Il s'intéresse particulièrement aux poètes grecs et latins qu'il étudie avec passion.  A l'âge de 24 ans, il est banni des Etats pontificaux et obligé de retourner à Savona, sa ville natale. Trois ans plus tard, il se trouve impliqué dans un homicide... Deux années après ces faits, il prend part à des émeutes... Les autorités de Savona  le chasse alors de la ville.

     

    A trente ans, Gabriello se calme enfin et commence une vie tranquille d'érudit en exerçant des fonctions publiques à Rome, Mantoue et Turin. Il obtient alors une réputation d'homme sage, posé et élégant. Il peut alors rentrer dans sa ville natale où il décède le  14 octobre 1638.

     

    Une partie de la famille Chiabrera aurait quitté la région de Savona pour s'établir en Savoie, alors dépendante du Royaume de Sardaigne. Or en 1792, l'armée française envahit cette Savoie et crée le département du Mont-Blanc. Les Savoyards deviennent alors français et aptes à servir la noble cause napoléonienne...

     

    Je vous propose de lire un poème de Gabriello... Vous me demandez où je l'ai trouvé... Eh bien ! Dans le livret d'un CD d'oeuvres musicales de Claudio Monteverdi !

     

    Monteverdi (1567-1643) est un célèbre compositeur italien dont l'oeuvre musicale est essentiellement vocale. Ses oeuvres les plus connues sont l'Orfeo, L'incoronazione di Poppea, Il ritorno d'Ulisse in patria, Selva morale e spirituale... Parmi d'autres, les Canzonnette sont de bien charmantes petites oeuvres à savourer sans modération !

     

    7. Le mystère Chiabrera
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Claudio Monteverdi.
     
    Est-il utile de vous préciser que j'apprécie beaucoup sa musique ?

     

     

    Voici donc un petit poème de l'ami Gabriello... Il figure dans l'oeuvre de Monteverdi 'Canzonnette e scherzi musicali' publiée à Venise en 1607... Vous retrouvez dans cette petite oeuvre tout ce que peut nous offrir la rayonnante Italia tutta bella : l'amour, le vin, l'Etna... et les belles dames...

     

    Damigella tutta bella                                  Demoiselle toute belle

     

    Damigella                                                                             Demoiselle

    tutta bella                                                                             toute belle,

    versa, versa quel bel vino,                                                verse donc ce bon vin,

    fa che cada                                                                          fais que s'épanche,

    la ruggiada                                                                           en se distillant,

    distillata di rubino.                                                              cette rosée de rubis.

     

    Ho nel seno                                                                         J'ai dans le coeur

    rio veneno                                                                           un virulent poison

    che vi sparse Amor profondo                                           qu'Amour y répandit profondément.

    Ma gittarlo                                                                            Mais je veux le rejeter

    e lasciardo                                                                           et l'abandonner

    vò sommerso in questo fondo.                                         submergé en cet abîme.

     

    Ah che spento                                                                     Ah, je ne sens pas

    io non sento                                                                         que la fureur de mon ardeur

    il furor de gl'ardor miei.                                                      est éteinte.

    Men cocenti                                                                         Moins cuisante,

    meno ardenti                                                                       moins ardente

    sono ohimè gli incendi Etnei.                                            est la lave de l'Etna, hélas.

     

    Damigella                                                                             Demoiselle

    tutta bella                                                                             toute belle

    di quel vin tu non mi satii,                                                 tu ne me rassasies pas de ce vin,

    fa che cada                                                                          fais que s'épanche,

    la ruggiada                                                                           en se distillant,

    distillata da topatii.                                                              cette rosée de topazes.

     

    Gabriello Chiabrera.

     

    Evidemment, ce poème est chanté... Vous ne connaissez pas Monteverdi ? Vous avez peur de la musique de cette époque... Laissez-moi vous guider... Détendez-vous... Cela va bien se passer !

    Vous lisez le poème. Ensuite, vous prenez deux ténors, deux violons baroques, un violoncelle baroque, un orgue positif et un clavecin. Vous y ajoutez une guitare baroque pour le soleil... Et c'est parti  ! 

     

     

     

    Mais je ne puis terminer cet article sans vous parler d'une artiste italienne que je viens de découvrir... Elle s'appelle Donatella... et porte le même nom que notre cher Gabriello... C'est une artiste valdôtaine qui aime le jazz... Si, comme moi, vous aimez Billie Holiday et toute l'émotion qu'elle savait si bien faire passer, alors découvrons Donatella lors d'un concert à Saint-Vincent en août dernier...

     

     

    Terminons donc l'enquête...

     

    Les enfants de Gisèle, de José et de Max sont-ils les descendants de cet illustre délinquant poète ?

    Sommes-nous les lointains cousins de cette charmante et talentueuse Donatella ?

     

    Malheureusement, il faut se rendre à l'évidence... Nous n'aurons jamais la réponse à ces deux questions...

     

    De toute façon, reconnaissez que nous n'avons pas perdu de temps... Ce travail de mémoire a été fructueux : il nous a permis de parler dans un premier temps d'une famille wallonne et ensuite de découvrir de la musique ancienne et moderne...

     

    Vive notre Wallonie ! Viva Italia !

     


  • Commentaires

    1
    Brunot
    Dimanche 18 Décembre 2011 à 00:59

    Bonsoir, bravo pour votre site magnifique qui depuis quelques jours me prend toutes mes soirées. Pour découvrir le mystère Chiabrera, allez sur généanet et effectuez une recherche sur le patronyme chiabrera, vous aurez une série de 23 arbres, cliquez sur l'arbre du contact qjeanmarie et vous trouverez la réponse.


      


     

    2
    serge L
    Samedi 20 Octobre 2012 à 12:38

    Bonjour , c'est avec beaucoup d'intérets que j'ai découvert votre article sur le mystère Chiabrera qui est passionnant d'autant plus que ma grand-mère paternelle qui était native de Farciennes aurait eu elle meme une grand mère maternelle qui s'appelait Chiabrera et de la meme région de Farciennes !  J'imagine que l'on s'approche de la meme branche ??? Cette arrière arrière grand mère donc aurait épousé un Beckmann sur la région de Farciennes ....   Une idée ?  Encore Bravo  ! Cordialement 

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :




    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :