• 9. Poème wallon pour un mariage

    GENS DE FLOREFFE (9)

     

     

    D'ji vos sowête longue vîe, tos les boneûrs...

     

    Poème d'un Rèlîs Namurwès pour un mariage floreffois.

     

     

     

    9. Poème wallon pour un mariage

    Mariage de mes parents, le 4 septembre 1954. En face de ceux-ci, à gauche, un cousin de Bois-de-Villers, Michel,

    le curé Deroyer de Sovimont, le curé Delvigne de Floreffe et Claude, le voisin de Maman... 

     

    J'ai retrouvé dans un vieil album des photos du mariage de mes parents. A l'intérieur de cet album, deux vieilles feuilles de papier bien jaunies par un temps qui passe si vite... Je vous présente le premier document... Il s'agit d'un poème écrit par un Rèlîs Namurwès le 19 septembre 1954. 


     

    9. Poème wallon pour un mariage


    Ce Rèlîs Namurwès s'appelait Ernest François et il habitait Bois-de-Villers. Maman en parlait assez souvent quand elle évoquait ses souvenirs du temps passé à Bois-de-Villers, là où deux de ses frères habitaient.


    Une note sur les Rèlis Namurwès... Le 25 février 1909, quatre jeunes étudiants de Namur décidaient de créer un cercle littéraire wallon. Par leur formation littéraire, ils savaient bien que le wallon ne pouvait être en aucun cas considéré comme un patois du français... Sa filiation avec le latin était aussi directe et aussi légitime que celle du français, comme le souligne si bien Félix Rousseau dans ses 'Propos d'un Archiviste sur l'histoire de la Littérature Dialectale à Namur'.


    Les 'Rèlîs Namurwès' ont pour but de cultiver, d'encourager et de promouvoir la littérature en langues régionales de la Wallonie ainsi que la connaissance et l'usage de ces mêmes langues (www.relis-namurwes.be)


    Pour ma part, je me définis comme un wallon... Mais quel wallon suis-je ? J'habite un territoire nommé Wallonie dont j'aime les paysages si variés... Je comprends le wallon de Namur et celui de Charleroi... Mais je suis un bien piètre wallon car je n'ose pas parler cette langue pourtant si riche et évoquant de manière directe les personnes que j'ai connues... Mon travail de mémoire doit être axé sur un regard attentif et bienveillant face à cette langue. On ne peut se contenter d'être wallon uniquement pour défendre des intérêts politico-financiers.


    Aussi, à travers cet article, permettez-moi de faire un pas nouveau dans mes recherches...


    Revenons donc à ce vieux document jauni...


    Ce poème est arrivé chez mes parents dans le courant du mois de septembre 1954. Ils s'étaient mariés le 4 septembre.  


    9. Poème wallon pour un mariage












    Deux ans après, nous serons trois...



    Laissons maintenant parler le poète...


      

    C'est st-on bia djoû, l'pus bia, l'djoû di s'mariadje,

                                                                                                                          C'est un beau jour, le plus beau, le jour de son mariage,

    Quand on mèt s'mwin dins l'mwin qu'on vwèt voltî,

                                                                                                   Quand on met sa main dans la main qu'on aime,

    Ca, do boneûr, c'est là li premî gadje,

                                                                                                   Car, du bonheur, c'est là le premier gage.

    Sins ça l'mariadje n'est qu'on meur sins martî.

                                                                                                                           Sans cela le mariage n'est qu'un mur sans mortier.

     


    Mins dj'nas nin peu, dji sés bin qui vos-ôtes

                                                                                                                           Mais je n'ai pas peur, je sais bien que vous deux

    V'z-avoz bâti on bon èt solide meur,

                                                                                                                           Vous avez bâti un bon et solide mur,

    Ca dj' as vèyu, maugré mes paupères clôtes,

                                                                                                                           Car  j'ai vu, malgré mes paupières closes,

    Qui v'z-î mètez on cimint bon-z-èt deur.

                                                                                                                           Que vous y mettiez un ciment bon et dur.

     


    Dji vos sowête longue vîe, tos les boneûrs.

                                                                                                                           Je vous souhaite longue vie, tous les bonheurs,

    Mes sowêts sont sûrmint one miète taurdus,

                                                                                                                           Mes souhaits sont sûrement un peu tardifs,

    In'è vègnnu nin mwinsse do fond do keur,

                                                                                                                           Ils n'en viennent pas moins du fond du coeur,

    Si po v'les dire dj'as ot'tant ratindu.

                                                                                                                           Si pour vous les dire j'ai autant attendu. 

      

     

    Dj'aureuve divu vos l'z-èvoyî pus rate ;

                                                                                                                           J'aurais dû vous les envoyer plus tôt; 

    Dj'esteuve è l'Plante èt dji n'm'as nin sovnu,

                                                                                                                           J'étais à la Plante (1) et je ne me suis pas souvenu,

    Avou m'vîje tiesse, ça n'est nin drole, dè l'date

                                                                                                                           Avec ma vieille tête, ce n'est pas drôle, de la date

    Et vosse faire part ni m'a nin parvinu.

                                                                                                                           Et votre faire-part ne n'est pas parvenu.

      

     

    Mins audjourdu, n'est-ce nin cor on bia djoû ?

                                                                                                                           Mais aujourd'hui, n'est-ce pas encore un beau jour ? 

    Vos nn'avoz ieu assé l'djoû d'vosse mariadje,

                                                                                                                           Vous n'en avez pas eu assez le jour de votre mariage, 

    Mes sowêts n'vos chon'ront-i nin pus doûs

                                                                                                    Mes souhaits ne vous sembleront-ils pas plus doux

    E z-arivant, dirè-dje, come on rnovladje ?

                                                                                                                            En arrivant, dirais-je, comme une redite ?

     


    Et, po fini, cor on côp dj'vos prézinte

                                                                                                                            Et, pour finir, encore une fois, je vous présente

    Mes bons sowêts, mes félicitasions ;

                                                                                                                            Mes bons souhaits, mes félicitations ;

    Sans v'fé malades, rimplichoz vos bin l'vinte

                                                                                                                            Sans vous rendre malades, remplissez vous bien le ventre

    Et agréyiez mes bones salutations.

                                                                                                                            Et agréez mes bonnes salutations. (2) 


     


    Ernest François


    Rèlîs Namurwès

      

    Le 19/9/1954


     

    9. Poème wallon pour un mariage

     En descendant de Pellemont... De gauche à droite, mon grand-père Léon, mon oncle Albert, ma grand-mère Gabrielle, Papa, Maman, ma cousine Claudine et devant mes parents, ? et Françoise de Bois-de-Villers.

     

     ___________________________________________________________


     (1) La Plante est un faubourg de Namur situé le long de la Meuse juste avant le village de Wépion.


    (2) Mille mercis à Christiane B. de Floreffe pour son aide wallonne si précieuse...



  • Commentaires

    1
    maminne
    Jeudi 14 Mars 2013 à 20:12

    fau né awez peu, parler wallon in honneur aux anciens, c'est respecter leu memoire



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :